Comme vous le savez peut-être, la Formule E s’installe au centre-ville de Montréal le weekend prochain avec tout ce que ça implique, que ce soit positif (spectacle, énergie propre, visibilité à l’échelle mondiale, etc.) ou négatif (rues fermées, embouteillages, facture salée pour tenir l’événement, etc.).

Au-delà de tout ce qui entoure ce cirque électrisant, un élément distingue la Formule E des autres séries de sport motorisé et je ne parle pas du type de motorisation ici. Intitulé FanBoost, cette méthode de votation en ligne donne le pouvoir aux amateurs de changer – ou non – le cours de l’épreuve. En effet, les trois pilotes qui reçoivent le plus de votes via l’application FanBoost bénéficient d’un gain en puissance durant les courses de la fin de semaine.

Pour voter, l’amateur n’a qu’à se rendre à l’adresse fanboost.fiaformulae.com ou en utilisant l’application officielle.

Le fameux gain en puissance ne peut être utilisé que pendant 5 secondes pendant la course, et ce, même si chacun de leurs bolides utilisés en piste en est muni. En d’autres termes, le pilote m’a qu’une seule chance de faire appel à ce petit avantage. Avec près de 40 chevaux-vapeur disponibles pendant un court laps de temps, le pilote n’a qu’à activer via une manette installée derrière le volant de la monoplace. Cet avantage peut faciliter un dépassement à un moment opportun et, qui sait, peut même lui donner la victoire.

Les dirigeants de la Formule E veulent ajouter cet élément d’interactivité entre les amateurs et les pilotes et le FanBoost est une idée originale en cette ère où les médias sociaux prennent de plus en plus de place dans nos vies.