À quelques heures de l’ouverture des portes du Salon de Genève, les modèles qui voleront la vedette sont de plus en plus connus. Chez Infiniti, c’est le fruit de la collaboration avec l’écurie de F1 Renault Sport qui sera mis en valeur avec ce prototype « Project Black S », celui-ci reposant sur l’actuel coupé Q60.

Un peu au même titre que le concept Eau Rouge il y a de cela quelques années, le Project Black S se veut une étude sur les possibilités d’intégration de technologies employées dans le cadre du championnat mondial de Formule Un à un modèle de production, en l’occurrence le coupé Q60.

Étant donné les origines assez pointues de ces technologies issues de la F1, vous aurez compris que le prototype met l’emphase sur la performance avant tout. Il n’est pas question de sauver la planète ici, et ce, même si le système de récupération d’énergie a des points en commun avec ce qui se trouve dans les véhicules hybrides modernes. Non, dans ce cas-ci, le coupé Q60 Project Black S fait appel à cette technologie pour optimiser les accélérations et les reprises, de manière à rehausser le niveau de performance de la voiture.

Bien entendu, l’implantation du V6 turbo employé par l’écurie Renault Sport aurait été impressionnante, mais ce n’est pas ce moulin qui a été retenu pour le projet. C’est plutôt le V6 biturbo déjà employé sous le capot du coupé nippon qui sert de base dans ce prototype. En plus des 400 chevaux-vapeur du V6 de 3,0-litres de cylindrée, le système de récupération d’énergie accouplé à un moteur électrique ajoute environ 100 chevaux à l’équation, ce qui gonfle la puissance totale à 500 purs-sangs.

En plus du gain sous le capot, le prototype Project Black S prouve qu’il est facile d’habiller le coupé Q60 afin de le rendre plus agressif. Des ouvertures plus imposantes à l’avant aux ailes élargies sans oublier l’aileron arrière, le diffuseur traversé par deux énormes tuyaux d’échappement en titane et les jantes de 21 pouces, tout ou presque à l’extérieur de cette sportive transpire la performance.

Il sera intéressant de voir si le public saura convaincre les dirigeants de la marque à autoriser la production en série d’une telle voiture. Si c’est le cas, les BMW M4, Mercedes-AMG C63 S et Lexus RC F (pour ne nommer que ceux-là) de ce monde n’auront qu’à bien se tenir.