Nissan étudierait actuellement l’option d’amener une camionnette intermédiaire «équipée pour veiller tard», et par «veiller tard», on ne parle pas ici d’un véhicule muni d’une discothèque mobile…

Le battage médiatique autour du nouveau Ford Ranger Raptor, qui n’a même pas encore été confirmé pour notre continent, fait énormément jaser, d’autant que depuis quelques mois, une option similaire existe déjà sur notre territoire: le Chevrolet Colorado ZR2 est une option tout à fait noble pour affronter les chemins les plus corsés.

Tout ça, rappelons-le, est la faute du Ford F-150 Raptor, le « pickup » pleine grandeur qui a démontré à toute l’industrie qu’une camionnette spécialement destinée au hors route et vendue à prix très élevé pouvait connaître du succès dans un marché aussi fasciné par ce type de véhicules qu’est l’Amérique du Nord.

Depuis, chaque division automobile veut sa part du gâteau – et maintenant que l’exercice se transpose du côté des camionnettes intermédiaires, d’autres veulent s’inviter à la fête.

C’est le cas de Nissan, qui a déjà annoncé l’arrivée d’une Nissan Frontier révisée de fond en comble pour notre marché. Est-ce que cette prochaine camionnette intermédiaire commercialisée chez nous sera une copie conforme du Nissan NP300 Navara, en service depuis 2016 et qui s’est d’ailleurs transposée chez Renault avec l’Alaskan – et qui le fait tout juste chez Mercedes-Benz avec la Classe X?

(Oui, la première camionnette à meubler la gamme Mercedes-Benz est de facture japonaise – photo ci-dessous – et non, elle ne prévoit pas débarquer en Amérique du Nord, du moins pas encore…)

HeapMedia482323

Pour tout dire, Nissan n’a pas encore dévoilé la version nord-américaine de sa camionnette intermédiaire. Sauf qu’en entrevue avec le site web australien Motoring, le responsable des véhicules commerciaux légers, Ashwani Gupta, a confirmé que l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi étudiait l’ajout d’une variante plus apte à la conduite hors route.

Le gestionnaire a par ailleurs spécifié que les modifications nécessaires afin d’adapter le châssis du véhicule à ce genre de conduite seraient assez simples, mais que l’implantation d’une mécanique idéale serait plus ardue.

Vous noterez que, comme toutes les autres camionnettes vendues à l’extérieur de l’Amérique du Nord, la Nissan NP300 Navara peut être équipée d’une mécanique turbodiesel, une configuration qui vient à peine d’atterrir chez nous sous le capot du tandem Chevrolet/GMC.

Bref, il reste plusieurs questions encore sans réponse, mais on sait au moins que Nissan n’est pas fermé à l’idée de développer un «pick-up» pour les adeptes de boue et de chemins escarpés – un modèle qui, d’ailleurs, pourrait bien ressembler à ce prototype Nissan Navara EnGuard dévoilé à l’automne 2016

HeapMedia396035

Notre essai du Nissan Frontier PRO-4× 4RM 2012.