Le constructeur bavarois vient à peine d’entamer la commercialisation de sa toute nouvelle Série 5 que déjà, les projecteurs se tournent vers le haut du pavé. La BMW M5 est attendue de pied ferme par les mordus de la division M et à défaut de pouvoir montrer des photos officielles du modèle de performance, nous avons au moins des clichés de la future M5 maquillée à l’extérieur pour ne pas révéler les particularités de cette édition musclée.

Pour l’instant, nous pouvons déjà confirmer que la portion arrière porte toujours fièrement quatre tuyaux d’échappement, que les jantes élargies remplissent très bien les arches de roues et que les freins sont immenses comme il se doit. La puissance du moteur V8 biturbo n’a pas été divulguée, mais il est permis d’avancer un chiffre : 600 chevaux-vapeur! Nous verrons d’ici l’automne si cette estimation est exacte.

Pour l’instant, les sorciers de l’aile de performance ont tenu à dévoiler la double personnalité de la prochaine M5. Les puristes seront peut-être choqués d’apprendre que la berline surpuissante va adopter un rouage intégral pour la première fois de son illustre histoire. La bonne nouvelle derrière cette abomination, c’est que ce système baptisé M xDrive permet de passer en mode deux roues motrices, en désactivant entièrement le contrôle de stabilité.

Qui plus est, le système met déjà l’emphase sur le train arrière, ne faisant appel à l’essieu avant que si la situation le demande. Le conducteur – ou le pilote (!) – n’a qu’à choisir le mode qui lui convient via le système de divertissement. À chaque démarrage, la BMW M5 utilise le système 4RM avec le contrôle de stabilité enclenché. Le niveau supérieur, M Dynamic Mode (MDM) augmente le caractère sportif de la berline, envoyant encore plus de puissance aux roues arrière, tout en limitant l’intervention des systèmes d’aide à la conduite. Bref, à ce niveau, les dérapages sont permis!

En désactivant le contrôle de stabilité, trois modes additionnels sont offerts (4RM, 4RM Sport et 2RM), le dernier étant une solution intéressante à tous ceux qui préfèrent la bonne vieille recette d’antan.

Le communiqué officiel de BMW annonce également le type de transmission qui sera retenu pour cette sixième génération du modèle. La boîte manuelle n’est plus, tout comme la boîte à double embrayage. Oui chers lecteurs, BMW a décidé d’y aller avec la même boîte automatique à huit rapports déjà boulonnée à bord de la nouvelle Série 5, celle-ci étant plus douce que l’une ou l’autre des solutions mentionnées plus haut, tout en étant plus efficace.

Nous devrions en apprendre un peu plus au cours de la saison chaude avant le lancement qui devrait avoir lieu au Salon de Francfort en septembre. À suivre…