Audi offre depuis peu à sa clientèle fortunée un nouveau jouet peu ordinaire: sous cette carrosserie d’Audi A3 se cache un muscle car au comportement européen.

L’*Audi RS 3 2018* est un « unicorn » comme il ne s’en fait plus et il est tout à fait normal de tomber sous le charme de cette berline surpuissante. J’en ai fait l’essai cet automne et je peux maintenant affirmer que je fais désormais partie des admirateurs de cette voiture qui, vous le verrez, a tout de même quelques défauts.

HeapMedia442848

De son côté, le coupé Audi TT-RS est un modèle qui effectue un retour, Audi ayant déjà commercialisé la version vitaminée dans le passé. Même si le compartiment-moteur de cette sportive compte toujours 5-cylindres, plusieurs éléments ont changé dans le cas de la TT la plus rapide de l’histoire.

Voici ce qu’il faut retenir de ces deux bestioles dotées d’une mécanique peu commune.

Depuis le début du siècle, Audi met surtout l’emphase sur sa mécanique 4-cylindres turbo de 2,0-litres, celle-ci étant plutôt bien adaptée à la majorité des modèles de la marque. Il y a également quelques V6 (suralimentés ou non) et les grosses pointures qui comptent 8 ou 10 cylindres.

Mais on semble oublier le passé glorieux de la marque. Après tout, c’est avec une mécanique 5-cylindres que le constructeur s’est installé en Amérique du Nord et c’est surtout avec ce moulin qu’il a dominé le monde du rallye au début des années 80.

Depuis l’arrivée de l’Audi TT-RS en 2012, le constructeur aux quatre anneaux remet à l’avant-plan un moteur unique sur le marché. Outre le coupé TT – et depuis peu, la RS 3 –, Audi ne comptait sur le marché qu’un seul autre rival proposant un moteur 5-cylindres: Volkswagen a également fait appel au bloc de 2,5-litres il y a quelques années. Notez que cet organe n’était pas axé sur la performance pure.

HeapMedia442854

L’un des éléments les plus satisfaisants de cette mécanique 5-cylindres, c’est la musique qu’elle émet. Il n’existe pas d’autre groupe motopropulseur sur le marché à l’heure actuelle pour faire chanter le système d’échappement de la sorte.

Le bloc de 2,5-litres n’est pas sans rappeler la symphonie du V10 boulonné dans l’Audi R8 – normal, me direz-vous puisque le V10 est constitué de deux 5-cylindres réunis! – mais avec le souffle d’un turbocompresseur en prime.

Pour une expérience hors du commun, il est évidemment préférable de laisser la voiture en mode «Dynamic», ne serait-ce que pour entendre les échappements s’exprimer haut et fort au démarrage.

HeapMedia442859

Malheureusement, la qualité de nos routes rend la caisse inconfortable, surtout lorsque ledit mode «Dynamic» est enclenché. La solution est assez simple et elle s’appelle «Individual», ce mode permettant de régler chaque paramètre de manière personnelle. Pour avoir droit à une Audi RS 3 ou à une Audi TT-RS performante et (un peu) confortable, ce compromis fait la job!

Mais n’allez pas croire que ce bidule électronique va transformer l’une ou l’autre de ces bombes en salon roulant. Leur mission première est de coller au bitume et, à ce niveau, les deux joujoux tatoués de l’écusson RS n’ont rien à se reprocher.

HeapMedia442803

Détail d’ordre monétaire: notre berline RS 3 d’essai affichait un prix de 69 000$ et des poussières avant taxes et frais de préparation, tandis que la TT-RS testée commandait plutôt la somme de 82 000$.

Pareille étiquette ne devrait pas être trop problématique pour les acheteurs visés, même si je crois que certains jeunes qui aspirent à la marque aux quatre anneaux devront se contenter d’une Audi S3 ou d’une Audi TT S pour ne pas trop déplaire à leur banquier…