Les discussions et les rumeurs se sont vite multipliées sur les sites Internet spécialisés, puis Magnum Cars a craché le morceau sur sa MK5; une bête de 545 kilos conçue pour prendre d’assaut les circuits tout en étant capable de circuler légalement sur la voie publique.

Autofocus.ca a récemment rencontré Bruno St-Jacques, le concepteur dudit bolide, afin d’en connaître davantage sur cette supervoiture développée en catimini.

La MK5, malgré sa nouveauté, s’inspire d’un passé marqué par la haute performance. Elle est fabriquée par Magnum Cars, une entreprise de Boucherville œuvrant dans le sport automobile depuis plusieurs années. Son fondateur, Jean-Pierre St-Jacques, s’est notamment spécialisé dans la préparation de voitures de course et la conception de pièces pour tous les types de véhicules faisant du bitume leur terrain de jeu. Magnum Cars est également reconnu pour ses rapides et indestructibles monoplaces. D’ailleurs, avant de rejoindre l’écurie McLaren, Gilles Villeneuve empoignait le volant de l’une d’entre elles.

Si le passée de Magnum Cars est glorieux, son futur l’est tout autant avec l’arrivée de la MK5. Bruno St-Jacques, le fils du fondateur, a su concevoir un véhicule témoignant de l’expertise de l’entreprise.

HeapMedia226328

La MK5 se veut un biplace capable de recréer les sensations d’un bolide de course tout en gardant l’ensemble légal pour la route. Il aura fallu 5 ans à l’entreprise pour développer la MK5 et en faire un véhicule capable de se distinguer tant sur la piste que sur la route. Pour y arriver, Magnum Cars a fait appel à son expertise et à celle d’ingénieurs issus du monde de la course.

HeapMedia246218

Questionné à propos des défis techniques qui accompagnent habituellement le développement d’une voiture de haute performance, Bruno St-Jacques nous a confié – à notre grand étonnement – que son équipe n’a pas rencontré de réelles embûches au cours de la conception.

« Nous sommes parties d’une feuille blanche. C’était un bon challenge, ce n’était pas simple, mais il y a eu énormément de réflexions techniques afin de minimiser les risques d’erreurs. Le véritable défi, c’était de concevoir un véhicule avec un équilibre parfait. »

— Bruno St-Jacques, concepteur

Il faut dire que la conception de voitures de haute performance n’a rien de nouveau pour Magnum Cars. C’est d’ailleurs grâce à toute cette expertise et cette réflexion technique si, au final, la MK5 est un véhicule relativement simple et peu coûteux à entretenir – une qualité importante pour une voiture qui se fera régulièrement secouer sur un circuit.

Sans contredit, le design de la MK5 se devait d’être aussi radical que ses performances. La voiture est née pour imposer le respect sur la piste. « On voulait quelque chose de pur, d’agressif et de fonctionnel », explique Bruno St-Jacques. Pas d’inspirations exotiques ou historiques, bien que l’absence d’un toit et d’un pare-brise rappelle vaguement une monoplace; on a plutôt priorisé un coup de crayon qui s’apparente à la philosophie globale du véhicule. Sa carrosserie ultra légère faite de fibre de carbone a été modélisée par Brio Innovation, une firme spécialisée en design industriel de la Rive-Nord de Montréal qui a notamment collaboré à des projets avec Bombardier Transport et Campagna Motors – le créateur du T-REX et du V13R.

HeapMedia246201

En ce qui concerne les fonctionnalités, tout a été pensé pour un usage sur la piste. Les sections avant et arrière s’enlèvent rapidement pour un accès facile aux composantes mécaniques ou pour un remplacement en cas d’accrochages sur la piste.

HeapMedia246219

À l’intérieur, le strict minimum, mis à part l’écran de la caméra de recul. Pas de système audio (le bruit émanant de l’échappement devrait suffire amplement!), de climatisation ou d’équipements luxueux. Un cockpit qui transpire la haute performance; du volant jusqu’aux sièges en fibre de carbone. Installé derrière le volant, c’est comme si l’on ne faisait qu’un avec le véhicule et le bitume juste en dessous.

La Magnum MK5 est animée par un moteur de quatre cylindres emprunté à la motocyclette Suzuki Hayabusa. Livrable en versions de 210 chevaux ou de 250 chevaux, il est positionné derrière les sièges et est capable d’atteindre un régime hallucinant de 11 000 tr/min. Le tout est couplé à une boîte séquentielle à six rapports. L’ensemble propulsera la MK5 de 0 à 100 km/h en 3,2 secondes et lui permettra d’atteindre une vitesse maximale de 240 km/h. Rappelons que la MK5 ne pèse que 545 kilos, ce qui lui confère un ratio puissance/poids de 460 chevaux par tonne (à titre d’exemple, la Lamborghini Aventador, avec ses 700 chevaux enregistre un ratio de 432 chevaux par tonne).

Mais pourquoi avoir choisi une cylindrée de motocyclette plutôt que celle d’une voiture? Selon Bruno St-Jacques, ce choix s’imbriquait dans la philosophie de base du véhicule; pour sa légèreté, sa taille, sa fiabilité, et surtout, pour le feeling que ce type de moteur procure à haut régime.

HeapMedia246224

La MK5 est la voiture de rêve pour tout amateur de conduite de haut niveau. Elle est le résultat de plus de 45 ans d’expertise dans le domaine du sport automobile et de plus de 5 ans de développement intensif. Loin d’être une voiture artisanale (ou un projet à l’avenir trouble comme l’autre supercar canadien, la Pléthore LC-750 conçue à Saint-Eustache par HTT), la MK5 est, au même titre que ses concurrents, une voiture d’exception capable de conjuguer une journée à la piste et une balade en ville, exclusivité en prime.

HeapMedia246217

Magnum Cars compte produire 20 unités de la MK5 cette année. La compagnie estime vendre ses véhicules aux États-Unis et en Europe – là où les voitures de piste ont une meilleure cote de popularité.

À 139 000 $ US, il ne s’agit pas d’un véhicule à la portée de toutes les bourses, mais gageons que la MK5 trouvera rapidement d’heureux propriétaires. À cet égard, la prise de commande est commencée et Bruno St-Jacques confirme que l’engouement est déjà au rendez-vous.