Sans tambour ni trompette, le constructeur Nissan a injecté une dose d’adrénaline à sa berline compacte en 2017. L’arrivée de la SR Turbo a certainement permis de voir que le châssis de la Sentra était capable d’accepter plus de chevaux entre les deux roues avant, mais depuis l’été dernier, une autre variante profite du moteur 4-cylindres turbo de 1,6-litre emprunté au Juke : la Nissan Sentra Nismo.

Quatrième modèle nord-américain à porter l’écusson de la division sportive de la marque, la Sentra Nismo 2017 démontre (clairement) les intentions de la haute direction de répandre le nom Nismo à d’autres modèles. Verra-t-on une Micra Nismo? C’est possible, mais le simple fait que la citadine a son propre championnat de course est un indice que Nissan n’a pas besoin de mousser l’aspect sportif de la citadine.

Toutefois, en ce qui a trait à la Sentra, c’est une autre histoire! Voyez-vous, la berline compacte est associée à la performance depuis la vénérable SE-R des années 90, un modèle qui hélas n’a jamais traversé la frontière canado-américaine de manière officielle. C’est par la suite que les choses sont devenues intéressantes au nord du 49e parallèle, l’édition SE-R (n’oublions pas la SE-R Spec V) s’alignant aux côtés des Volkswagen Jetta GLI et Honda Civic Si de ce monde. Bon, il est vrai que Nissan n’a jamais dominé dans ce segment de performance abordable, mais tout de même, l’effort y était.

Près de trois décennies plus tard, Nissan nous offre cette Sentra Nismo – elle succède en quelque sorte aux SE-R du passé –, une berline à l’allure sportive qui commande la modique somme de 27 413 $ avant les frais de livraison. Avant de vous précipiter dans une concession Nissan, voici quelques aspects que vous devriez considérer sur ce nouveau produit Nismo.

Malheureusement, la Sentra Nismo ne profite d’aucun gain en puissance, les 188 chevaux-vapeur de la SR Turbo étant reconduits. Pourtant, en 2016, le constructeur a commercialisé un Juke Nismo RS livrant 215 purs sangs. À moins que la division sportive ne prépare la venue d’une Sentra Nismo RS? Ça reste à voir. Néanmoins, il aurait été intéressant d’ajouter un peu de piquant à l’équation afin de la différencier de la SR Turbo.

Les voitures modernes sont de plus en plus silencieuses, mais quand il s’agit d’une version sportive, une sonorité plus rauque du système d’échappement est de mise. Malheureusement, celle de la Sentra Nismo déçoit… à mon avis du moins!

Bon, il est vrai que la berline reçoit des sièges plus enveloppants, quelques écussons ici et là, un pommeau gainé de cuir et même un volant en Alcantara, mais le reste de la berline demeure assez sobre… peut-être même un peu trop sobre! Remarquez, ce trait n’est pas nécessairement un défaut.

Le même constat est observé avec le levier de la boîte manuelle. Celui-ci manque de précision, un élément qui agace en conduite sportive.

Jusqu’ici, les arguments favorables à l’acquisition de la version Nismo ne sont pas nombreux et je recommanderais fortement de considérer la Sentra SR Turbo, plus abordable, surtout si vous n’aspirez pas à une conduite dynamique au quotidien. Toutefois, je me dois d’affirmer que la livrée Nismo à boîte manuelle – oui, une boîte CVT est offerte en option – est sans contredit la meilleure Sentra actuellement en vente sur le marché. Voilà, c’est dit!