Dévoilée en 2017 au Salon de Genève, la Techrules Ren avait capté l’attention des médias à cause d’un nombre impressionnant de moteurs électriques, mais surtout par sa turbine qui servait de prolongateur d’autonomie.

Cette année, c’est au tour d’une variante de piste – baptisée Techrules Ren RS – de faire la manchette, celle-ci repoussant les limites de l’entendement en ce qui a trait aux performances envisagées… tout en réduisant le nombre de places à bord.

Et comme le salon de Genève est l’endroit par excellence pour les petits constructeurs qui souhaitent exposer leur savoir-faire dans le monde très exclusif de la voiture d’exception, la «start-up» chinoise s’est inscrit aux festivités suisse – pour la troisième année consécutive, déjà.

HeapMedia482639

Même si la firme a déjà affirmé qu’elle avait l’intention de produire un jour des modèles plus accessibles, le modèle présenté à Genève s’adresse à un public restreint.

Très restreint, en fait: confinée à un circuit fermé, la Techrules Ren RS est un jouet dispendieux qu’on doit transporter si l’on veut changer de parcours et de décor.

Le groupe motopropulseur composé de six – non il n’y a pas d’erreur: de six! – moteurs électriques, deux à l’avant et quatre à l’arrière, est alimenté par un bloc de batteries au polymère de lithium-ion d’une capacité de 28,4 kWh, lui-même secondé (et rechargé!) par la fameuse microturbine, mise en oeuvre grâce à quelque 80 litres de diesel.

Avec toute cette quincaillerie, ce modèle le mieux nanti livre une puissance de 1287 chevaux (!) et une autonomie électrique théorique de 1170 kilomètres.

Techrules annonce déjà un sprint 0-100 km/h en seulement 3 secondes et une vitesse de pointe de 330 km/h, des statistiques dignes de ce segment ultra pointu.

HeapMedia482626

Contrairement à la Techrules Ren destinée à un usage sur route, la Techrules Ren RS n’a pas besoin d’être aussi confortable pour son utilisateur.

Et c’est ce qui explique cette cabine qui semble tout droit tirée d’un avion de chasse. Les nombreux boutons, le volant multifonctions et le siège moulé en fibre de carbone, tout ceci dégage une ambiance sport motorisé au possible.

Dans le cas qui nous intéresse, la monocoque en fibre de carbone a été renforcée (par le spécialiste italien L.M. Gianetti de Turin) pour résister aux traitements plus exigeants d’une conduite sur piste, tandis que la carrosserie a été modifiée à la suite d’une analyse plus poussée des éléments aérodynamiques de la voiture d’origine. Quant à cette verrière qui se lève vers le haut, elle en impressionnera plus d’un.

En photos : 15 exotiques dont vous n’avez sûrement jamais entendu parler

La Techrules Ren RS est sans contredit une incroyable réalisation, mais émettons quand même des réserves quant à la possibilité de voir ce projet se réaliser à court terme. Les «start-up» se multiplient à vitesse grand V et il n’est pas rare de perdre de vue ces entreprises lorsque le projet tombe à l’eau quelques mois ou des années plus tard.

Pour le moment, Techrules dit être en pourparlers avec quelques fournisseurs et partenaires pour assurer l’assemblage et la livraison de cette Ren RS… ou même de la Ren dite «régulière». Dans son communiqué, le petit constructeur parle d’ailleurs d’un délai de livraison de deux ans.

On est donc en droit de s’attendre au dévoilement d’un modèle de production au Salon de Genève de… 2020. Ou, dit autrement, ce n’est pas demain la veille qu’on va croiser cette exotique «high-tech» qui fait saliver sur la rue St-Denis à Montréal!