Selon le magazine américain Car and Driver, les bonzes de la division nord-américaine de Volkswagen étudient très sérieusement la possibilité d’ajouter la camionnette Amarok à l’alignement nord-américain de la marque.

Jusqu’ici, Volkswagen a refusé de traverser la frontière entre le Mexique et les États-Unis, mais la recrudescence de cette catégorie de camionnettes taillées pour le plaisir avant tout pourrait forcer la main du constructeur allemand qui commercialise déjà depuis plusieurs campagnes l’Amarok ailleurs dans le monde.

En plus d’affirmer que la technologie TDI pourrait revenir en sol nord-américain un jour, le chef de la direction de Volkswagen Amérique, Hinrich Woebcken, a également réitéré que la camionnette Amarok pourrait bel et bien être commercialisée dans la portion nord du continent américain.

Évidemment, cette annonce n’est qu’une spéculation, Volkswagen étant encore aux prises avec ce scandale relié aux motorisations TDI, tandis que l’arrivée du nouveau multisegment Atlas risque d’aider le département des ventes aux États-Unis et au Canada.

Le principal intéressé a également ajouté durant l’entrevue avec Car and Driver que le continent nord-américain allait être mieux cerné à l’avenir, l’exemple du nom donné à l’Atlas démontrant le côté particulier du marché local. Ailleurs sur le globe, le véhicule portera plutôt le nom Teramont.

Outre les joueurs plus traditionnels comme Chevrolet avec sa camionnette Colorado et Toyota avec son Tacoma, Volkswagen devra avoir à l’œil Honda qui vient de relancer son nouveau Ridgeline, une camionnette qui a été conçue pour ceux et celles qui recherchaient une camionnette sans les désavantages d’un châssis à échelle.

Un dossier à suivre? Sans aucun doute…