HeapMedia436493
Les pilotes de Formule 1 sont réputés pour avoir des nerfs d’acier, une endurance remarquable et des réflexes aiguisés.

Ils ont la responsabilité de connaître le comportement de leur bolide du bout des doigts et de savoir d’instinct comment réagir en toute circonstance. Du moins, en théorie.

Dans l’histoire de cette discipline de sport automobile, nous avons été témoins de plusieurs manœuvres erratiques et de comportements douteux.

En 1998, lors de sa tentative de qualification au Grand Prix de Monaco, le deuxième pilote de l’écurie Tyrrell a eu l’air complètement désorienté.

Bloque les roues, manque la courbe, recule nonchalamment, rate un virage à 180 degrés, fonce dans le muret (voir à 1 min. 15 sec.)… Une conduite aussi hasardeuse, ça ne s’invente pas.

En plus d’avoir échoué dans sa tentative de se qualifier, Rosset a gâché la fin de la séance des autres pilotes.

On raconte entre les branches qu’après cet épisode, les mécaniciens de sa propre équipe ont commencé à l’affubler d’un ou deux surnoms peu flatteurs. Son passage en Formule 1 fut bref.

Ce moment a marqué les annales. Mais soyez rassuré, il y en aura d’autres comme celui-ci.