Quelques instants avant que les bolides ne s’élancent sur le circuit de Belle Isle à Détroit, pour la huitième étape du championnat IndyCar Series, le Pace Car, une fougueuse Chevrolet Corvette ZR1, a frappé un mur de plein fouet à la sortie d’un virage, avant de s’immobiliser au milieu de la piste, entouré de plusieurs débris.

Certains se sont sentis mal pour le conducteur, mais davantage ont ressenti un pincement en constatant l’état désolant de la plus puissante des Corvette
.

.

Si vous croyez que la personne au volant a reçu son 4% à la suite à cette bévue, détrompez-vous, puisqu’il s’agissait de Mark Reuss, vice-président exécutif, Développement des produits mondiaux, Achats et chaîne d’approvisionnement de GM.

Mais s’il y a quelqu’un qui aurait dû savoir qu’une bête à propulsion de 755 chevaux ne se laisse pas facilement dompter, c’est bien ce monsieur… Il aurait dû savoir qu’il fallait y aller doucement pour l’apprivoiser.

Chevrolet à la défense du conducteur

Après la course, madame Afaf Farah, du département de marketing et des communications de GM, s’est montrée rassurante en confirmant que Mark Reuss se portait bien, tout comme l’officiel qui prenait place à ses côtés.

« C’est malheureux que cet incident soit arrivé. De nombreux facteurs y ont contribué, notamment les conditions météorologiques, ainsi que celles de la piste », peut-on également lire dans le communiqué.

C’est vrai qu’il a plu au début de la journée. Mais lorsque l’accident s’est produit, le thermomètre affichait 21 degrés Celsius et le bitume était sec.

Peut-être le chauffeur a-t-il été aveuglé par l’un des rayons du soleil…

… ou peut-être n’avait-il tout simplement pas d’affaire là.

(Vidéos : Canal+Sport, ESPN)