Publicitaires, prenez garde: l’ASA surveille… et punit.

Voici le message que le Royaume-Uni, par le biais de son Autorité des standards publicitaires (ASA, pour son acronyme en anglais), a envoyé à Volkswagen au début du mois.

Le litige? Une publicité pour la nouvelle Volkswagen Polo, qui met en scène un jeune conducteur aux apparences téméraires dans des situations potentiellement dangereuses.
.

La publicité de Volkswagen pour sa nouvelle sous-compacte met en scène un jeune homme à différentes étapes de sa vie: collision en boîte à savon, vélo pris dans un arbre, scooter repêché dans le canal… chacun de ces accidents se terminant, bien sûr, par un petit tour à l’hôpital.

Enfin, on voit le jeune homme en âge de conduire prendre le volant de la nouvelle VW Polo avec son père sur le siège du passager, l’air nerveux. Rendu sur l’autoroute, le jeune homme tente un changement de voie et ce n’est que grâce au dispositif de sécurité de la voiture qu’il évite la collision avec un poids lourd.

Changement de scène: l’allemande roule dans une rue tranquille lorsqu’une piétonne émerge de nulle part et que sa vie est sauvée, non pas grâce aux bons réflexes du conducteur, mais plutôt, vous l’aurez compris, grâce au freinage automatique d’urgence, qui immobilise la voiture avant qu’elle ne percute la jeune femme.

HeapMedia488153

Pourquoi l’ASA a-t-elle banni cette publicité? «Nous en avons conclu que la dépendance aux systèmes avancés de sécurité exagérait les dispositifs du véhicule, que le ton général de la publicité encourageait la conduite irresponsable et qu’elle était donc en violation du Code», écrit l’ASA dans son communiqué.

La publicité avait comme objectif la promotion de deux types de systèmes de sécurité inclus dans la Volkswagen Polo, soit la Détection des angles morts et l’assistance frontale. Si elle continue d’être diffusée en France, elle est définitivement interdite de diffusion au Royaume-Uni.

Le constructeur allemand a certes fait valoir qu’il lui est impossible de faire la promotion de ces deux dispositifs sans «représenter les situation potentiellement dangereuses qui auraient activé ces dispositifs».

Toutefois, l’ASA, en désaccord avec cette interprétation, considère plutôt que «le message général était la dépendance aux aides à la conduite du véhicule pour ceux qui seraient susceptibles de conduire de manière irresponsable».

HeapMedia488156

D’accord ou pas, Volkswagen n’a pas le choix de se plier à la décision britannique… et devra trouver un nouvel angle accrocheur pour sa prochaine publicité.

Cela dit, l’intérêt que la voiture obtient en raison de cette controverse n’est-il pas plus important qu’il ne l’aurait été avec la publicité seule? L’avenir le dira…