De tous les temps et à grands coups de milliers, puis de millions de dollars, les constructeurs automobiles ont façonné des prototypes destinés à en mettre plein la vue. Après tout, n’est-ce pas là la mission première des «concepts cars»?

Occasionnellement, certains de ces prototypes ont fait marque dans l’histoire, telles des prophéties d’acier sur quatre roues. Ce fut le cas du Chrysler Thunderbolt, dévoilé au Salon de Détroit de 1993 et qui, encore aujourd’hui, reprend régulièrement du service lors d’expositions automobiles de toutes sortes.

Certains ont bien tenté de dénicher, dans le coupé deux portes, une corrélation avec le prototype du même nom dévoilé par Chrysler en 1940. Mais bon, les similitudes étaient peu nombreuses, peut-être parce que l’ancêtre était à toit rétractable ou, plus logiquement, parce qu’un demi-siècle d’évolution séparait les deux créations.

HeapMedia116371

Le coupé deux portes Thunderbolt 1993 avait certes fière allure avec ses courbes tout en fluidité, à une époque où la voiture de production était jusqu’alors plutôt rectiligne – pour ne pas dire ennuyante.

Mais au-delà de ce design en aérodynamisme, le prototype laissait présager d’une nouvelle tendance qui allait secouer la catégorie des grandes berlines pour les générations suivantes – et pas que les voitures de Chrysler: les proportions traditionnelles allaient céder la place à une cabine avancée et les roues allaient être repoussées aux extrémités de la carrosserie.

Ce qui a été désigné comme la série “LH” (pour last hope – dernier espoir, soutiennent les mauvaises langues) constituait une innovation qui non seulement accordait plus d’habitabilité intérieure, mais qui, avec un empattement substantiellement étiré, rehaussait la tenue de route.

Au passage, le Chrysler Thunderbolt 1993 manifestait clairement l’intention du constructeur de renouer un jour avec des plateformes à propulsion…

HeapMedia116365

Chrysler Thunderbolt 1993

  • Coupé deux portes à toit rigide
  • V8 (4,0L) pour 270 chevaux
  • Propulsion
  • Boîte automatique quatre rapports

C’est à Tom Gale, l’une des rares personnalités de l’industrie automobile à avoir pu se targuer d’être aussi bien ingénieur que designer, que l’on doit le concept Chrysler Thunderbolt 1993 dont il est question ci-haut.

Chargé du style chez Chrysler de 1985 jusqu’au tournant du millénaire, l’Américain né en 1943, à Flint au Michigan (au sein d’une famille qui a fait carrière chez… Buick), a transformé aussi sûrement le visage de l’industrie automobile qu’un certain Henri Ford en a transformé, des décennies plus tôt, les méthodes de production.

Deux ans après le Chrysler Thunderbolt, donc, le designer a persisté et signé avec le prototype Chrysler Atlantic 1995. Plus saisissant encore, cette étude de style a puisé ses racines dans les légendaires coupés français des années 1930, s’inspirant plus particulièrement de la Bugatti… Atlantique.

HeapMedia321549

Voilà qui, déjà en 1995, était annonciateur de la vague rétro qui allait bientôt inonder le marché des Chrysler PT Cruiser, Volkswagen New Beetle, Ford Thunderbird, MINI Cooper, Ford Mustang, Chrysler Challenger et Chevrolet Camaro.

Sous le capot du Chrysler Atlantic 1995, on avait littéralement joint deux quatre cylindres (2,0L) pour accoucher d’un moteur huit cylindres en ligne (4,0L) produisant 360 chevaux.

Le prototype était monté sur des roues de 21 pouces à l’avant et de 22 pouces à l’arrière, soit des «dimensions héroïques», peut-on lire dans les documents de presse de l’époque.

HeapMedia292978

Chrysler Atlantic 1995

  • Coupé deux portes à toit rigide
  • Moteur huit cylindres en ligne (4,0L) pour 360 chevaux
  • Propulsion
  • Boîte automatique quatre rapports avec Auto-Stick

Avant de tirer sa révérence de chez Chrysler en l’an 2000, Tom Gale a produit deux autres concepts qui sont passés à l’histoire: la Chrysler Phaeton en 1997 et la Chrysler Chronos en 1998.

Le premier prototype, encore là, plongeait dans l’ère des années 1930 et 1940, lorsque la possession d’une voiture était l’apanage de l’élite. Telle une limousine de luxe, la Chrysler Phaeton 1997 (à ne pas confondre avec la Volkswagen Phaeton, quoique…) faisait presque 5,5 mètres de long.

Et cette quatre portes à propulsion était décapotable. Oui, monsieur.

Aussi, ses deux places arrière étaient séparées de celles avant par un pare-brise rétractable. Chacun des deux compartiments passager renfermait un système audio, des commandes de climatisation et même le tableau d’instrumentation nécessaire pour surveiller les performances de conduite.

Et côté performances, il ne pouvait manquer d’y avoir, avec ce moteur V12 (deux V6 de 2,7L associés) qui développait 425 chevaux. Encore aujourd’hui, 425 chevaux, ça fait saliver….

HeapMedia116380

Chrysler Phaeton 1997

  • Grande berline décapotable
  • Quatre places
  • V12 (5,4L) pour 425 chevaux
  • Propulsion
  • Boîte automatique quatre rapports

L’année suivante, un autre prototype de berline à propulsion et dessiné sous la houlette de Tom Gale est venu s’ajouter à une brochette déjà bien garnie: la Chrysler Chronos 1998.

La voiture a été conçue à même la plateforme modifiée de la Viper et, dans son compartiment moteur, on retrouvait un V10 (6,0L) de 350 chevaux.

Cette fois, l’inspiration est venue des classiques britanniques qui ont prévalu dans les années 1950, d’où ce long capot et, entre les sièges avant, une console transformée en humidor.

HeapMedia116390

Remarquez cette calandre chromée et béante, un schisme d’avec les sobres et tranquilles grilles de l’époque… Justement, dans les studios de design de Chrysler, Ralph Gilles, un jeune designer talentueux, n’avait pas manqué de remarquer la chose.

Et en 2005, celui qui est né en Haïti, a grandi à Montréal et était alors âgé de 35 ans, l’a fait renaître avec la Chrysler 300C. Cette même Chrysler 300C qui a participé au sauvetage (encore un…) du constructeur américain.

Au cours des années à suivre, d’autres designs – Dodge Challenger, Dodge Charger SRT8 et Viper SRT, notamment – allaient être signés Ralph Gilles.

HeapMedia116391

Chrysler Chronos 1998

  • Berline quatre portes
  • Quatre places
  • V10 (6,0L) pour 350 chevaux
  • Propulsion
  • Boîte automatique quatre rapports