Eh bien quoi: on utilise bien des textiles pour des recouvrements intérieurs automobiles, quand ce n’est carrément pas du cuir pour les sièges, non?

Alors, pourquoi ne pas inverser les rôles et… utiliser la fibre de carbone, matériau privilégié par certains constructeurs automobiles comme BMW pour sa résistance et sa légèreté, pour fabriquer un vêtement?

C’est ce qu’ont fait les jumelles allemandes Daniela et Annette, fondatrices de la marque qui porte leur nom, Felder Felder, et qui a pignon sur rue à Londres.

S’inspirant à la fois du département de l’initiative durable de BMW et de l’utilisation du constructeur germanique de la fibre de carbone pour sa division “i” de voitures électriques, les deux stylistes ont élaboré une robe qui mixe la fibre de carbone à leur étiquette de commerce: le rock’n roll.

Ajoutez un souci de «surcyclage» – la nouvelle mode, c’est le cas de le dire, qui veut «recycler par le haut» – parce que le matériel employé a été assemblé là même où l’on fabrique la fibre de carbone des BMW i électriques…

… et vous voilà en présence d’une parure à 97% faite de tissage composite automobile.

HeapMedia396147

Et à notre avis, il s’agit là d’une primeur mondiale. Car si le coûteux matériau commence à fréquenter les rues de l’industrie automobile, il n’a pas encore fait son chemin dans le milieu de la mode. Ce qui fait dire aux jumelles Felder:

Les tissus de carbone sont incroyables, très différents de tout ce que nous avons utilisé jusqu’à présent. Et c’est un honneur pour nous que d’y avoir eu accès avant tout le monde. Non seulement la fibre tissée nous a permis des designs élaborés repoussant les limites de la mode durable, mais elle ajoute une structure étonnante – à commencer par ce carbone effiloché.

Pour ceux et celles que ça intéresse, il a fallu 100 heures de labeur pour en arriver à ce vêtement à la texture futuriste et à l’éclat unique.

Et pour ceux et celles qui se posent la question: non, aucun prix n’a été dévoilé…

HeapMedia396140