Habituellement, le Salon de l’auto de Détroit démarre la nouvelle saison sur le chapeau des roues la deuxième semaine de janvier, avec deux et parfois même trois journées de presse. Il accueille alors au-delà de 5000 journalistes des quatre coins du monde, bien qu’un peu moins lorsqu’une tempête de neige ou de glace paralyse les déplacements jusque dans la Mecque Automobile.

Le CES, ou Consumer Electronics Show de Las Vegas, se déroule en tout début d’année, aussitôt la dinde digérée et ce, depuis près de quatre décennies. Et il n’y a pas si longtemps, aucun rapport ni lien n’existait entre les deux industries.

Ça vient de changer. (Remarquez, ce ne sont pas les journalistes qui vont se plaindre. En plein milieu de l’hiver, entre l’ensoleillée Las Vegas et la froide Détroit, devinez quelle destination ils préfèrent…)

HeapMedia410936

De presque toujours, le North American International Auto Show (NAIAS) est le plus grand rendez-vous automobile de l’Amérique du Nord. Il figure également parmi les plus importants salons de la planète, avec ceux de Genève (mars), de Francfort/Paris (septembre) et Tokyo (novembre).

Certaines années, l’événement est si populaire auprès des constructeurs en mal d’annoncer leurs nouveautés, de dévoiler leurs prototypes et de faire des promesses «vertes» et/ou technologiques, que le défilé des conférences ne peut tenir en deux jours.

Peu à peu, des présentations avaient pris place le dimanche, grugeant d’autant les vacances du temps des Fêtes.

Cette année, surprise: de deux à trois fois moins de conférences sont prévues, de sorte qu’elles tiennent toutes en une seule journée, soit celle du lundi 9 janvier.

HeapMedia410933

Le lendemain a été réservé pour les «à-côtés» des fournisseurs comme Michelin (les pneus), ZF (les transmissions) et Denso (qui fabrique à peu près toutes les composantes tiers), mais ce sont là des conférences qui n’attirent jamais les foules.

Non seulement les conférences se sont réduites comme peau de chagrin, mais plusieurs marques n’auront même pas pignon sur les allées sillonnant les 93 000 mètres carrés d’exposition (c’est 23 acres, ça!).

En effet, Porsche a décidé de passer son tour pour ce Détroit 2017, alors que Tesla, MINI, Jaguar et Land Rover brilleront à nouveau par leur absence.

Les kiosques laissés vacants seront occupés par des marques qui veulent prendre leurs aises. Pensez à Lexus, qui étirera ses antennes jusque dans le stand de Scion, sa division disparue. Genesis, de même qu’Alfa Romeo profiteront chacune d’un espace indépendant de leur maison-mère respective, Hyundai et Fiat Chrysler.

Des non-habitués du hall d’exposition y feront également leur entrée par la grande porte, notamment Walt Disney Pixar avec sa réplique grandeur nature de sa vedette de Cars3, de même que la chinoise Guangzhou Automobile Group qui, en 2015, avait été reléguée au vestibule de l’événement (notre photo ci-dessous).

HeapMedia410922

Oh, il y aura bien des présentations prévues la veille, le dimanche 8 janvier, mais elles mettent en vedette non pas des modèles automobiles, comme le veut la tradition de Détroit, mais plutôt des conférenciers invités à discourir de… mobilité.

La vedette de ce colloque dominical désigné AutoMobili-D? Pas Mary Barra, grande patronne de GM, pas Carlos Ghosn, grand patron de Nissan-Renault, pas même Sergio Marchionne, grand patron de Fiat Chrysler.

Non: il s’agira de John Krafcik, Monsieur Google autonome (maintenant la division Waymo) en personne. Voyez comme le glissement de Détroit vers la Silicon Valley s’accélère…

HeapMedia410937

Que voulez-vous: la mobilité est le thème automobile de l’heure, avec des percées en connectivité, en conduite autonome et en autopartage. Ces percées, si la tendance se maintient, transformeront l’industrie – et la propriété automobile – comme jamais auparavant.

C’est pourquoi alors qu’ils en étaient tout à fait absents il y a une décennie, les constructeurs automobiles sont de plus en plus nombreux à se pointer au Consumer Electronics Show, dont l’édition 2017 débute le 3 janvier.

C’est dans la ville du Vice que BMW dévoilera donc un prototype d’hologramme – imaginez une sorte d’écran virtuel mais tactile;

HeapMedia410932

Honda y présentera son prototype de conduite autonome Honda NeuV, doté d’une intelligence artificielle;

HeapMedia410918

Toyota discourra également d’intelligence artificielle, alors que Hyundai s’avancera très concrètement sur le terrain de la mobilité sans conducteur, en offrant des balades sur la Strip dans sa Ioniq autonome;

HeapMedia409322

Parmi les centaines (!) de conférences au programme du CES, portant tant sur l’avenir des communications, le futur des technologies en santé, les transports intelligents, les promesses de la réalité virtuelle et la consommation électronique de demain, le grand patron de Nissan/Renault (et maintenant Mitsbubishi), Carlos Ghosn, viendra lui-même discourir des derniers développements automobiles.

HeapMedia410928

Surtout, Fiat Chrysler réserve son dévoilement (une Chrysler Pacifica 100% électrique, dit-on) pour cet autre grand salon de début d’année.

HeapMedia410935

Ce n’est pas anodin: comme le rapporte la bible Automotive News, ce sera bien la première fois depuis 2010, année de l’après-crise où le salon de Détroit avait paru si morne, que le groupe FCA ne dévoilera rien d’officiel.

Non, pas de spectacle à grand déploiement à Détroit pour le constructeur italo-américain.

C’est d’autant surprenant que celui-ci est réputé voler la vedette «du show». Rappelez-vous les troupeaux de boeufs devant le Cobo Hall en 2009 pour le nouveau Ram, le Jeep qui fracasse les portes d’entrée vitrées du centre de conférence en 2006, voire le mémorable Slava Snow Show (également en 2006) pour son Chrysler Aspen… un utilitaire beaucoup moins mémorable qui n’aura survécu que deux ans.

HeapMedia410921