C’est la publication Bloomberg qui nous apprend la chose: Mercedes-Benz, qui mise déjà sur la division smart pour ses petites citadines, AMG pour ses sportives ultra-performantes, Maybach pour ses hyper-luxueuses, voire sa branche de camions commerciaux, ajouterait à son harem automobile une autre gamme de produits, cette fois 100% électrique.

Un utilitaire, dévoilé au salon de Paris à la fin septembre, serait le premier rejeton de cette filiale qui ne porte pas encore de nom. On dit toutefois qu’elle serait éventuellement garnie de deux VUS et de deux berlines pouvant chacun parcourir jusqu’à 500 kilomètres en toute autonomie électrique.

Jusqu’à présent, le constructeur allemand disait vouloir intégrer ses différentes technologies de propulsion «verte» sous une seule et unique ombrelle. Mais devant la sous-gamme i dédiée de BMW, avec ses solutions aussi diversifiées qu’innovantes (pensez utilisation extensive de la fibre de carbone)…

… voire le «branding» électrique de Tesla qui résonne haut et fort, avec maintenant plus de 400 000 réservations pour le Tesla Model 3, soutient la publication Electrik…

… Mercedes-Benz n’avait plus trop le choix.

D’autant qu’en juin dernier, la compagnie a révélé vouloir électrifier tous ses modèles, ce faisant dévoilant une «architecture spécialisée pour les véhicules purement électriques à batterie,», disait alors le professeur Thomas Weber, responsable de la recherche et du développement de Mercedes-Benz Cars.

HeapMedia378423

Cette même présentation a soutenu que l’entreprise entrait dans «une nouvelle ère de mobilité électrique» et que le «premier modèle s’inspirant d’un prototype “intelligent” sera lancé avant la fin de la décennie, avec une autonomie purement électrique touchant les 500 kilomètres.»

Voilà qui est donc confirmé. Mieux encore: pour ne pas demeurer en reste face à Tesla, cette californienne qui produit ses propres accumulateurs à même sa giga-usine, Mercedes-Benz rappelle que sa filiale Deutsche Accumotive, fondée en 2009, «possède un vaste savoir-faire dans le développement et la production de batteries très complexes.»

Et d’ajouter que les prochaines percées «post-litium-ion sont très prometteuses, notamment les batteries au lithium-soufre».

Bref, la table est mise pour une autre division chez Mercedes; ne reste plus qu’à trouver comment les bonzes germaniques la désigneront.

Impossible d’utiliser le «e-drive», déjà surabondamment employé. Que diriez-vous de la Mercedes-Benz Double A, comme dans cette parodie se riant justement d’une (fictive) berline Mercedes Classe AA propulsée par… 9648 de ces petites batteries?

Prenez deux minutes pour visionner l’extrait, ne serait-ce que pour y découvrir le très intéressant dispositif auto-dump