Il y a quelques jours, Toyota a émis un rappel mondial pour quelque 2 873 000 de ses Toyota Rav4, construits en Ontario (d’année-modèle 2006 à 2012) et au Japon (jusqu’à l’année-modèle 2016).

Le rappel vise les ceintures de sécurité à la banquette arrière, qui sont susceptibles de se sectionner lors d’une collision, si elles entrent en contact avec le cadre métallique – et tranchant – de l’assise du siège.

De toutes les instances de sécurité du monde, c’est Transports Canada qui a déterré ce qui oblige le constructeur japonais non seulement à rappeler 148 966 Toyota Rav4 au pays, mais aussi 1,1 million d’unités aux États-Unis (y compris les Rav4 EV électriques de 2012-2014), 625 000 en Europe, près d’un demi-million en Chine et 177 000 au Japon (des Toyota Rav4, mais aussi des Toyota Vanguard).

HeapMedia361404

Tout a débuté par une collision frontale survenue au Canada à bord d’un utilitaire Toyota Rav4 2011 et au cours de laquelle les deux passagers avant ont survécu, mais pas ceux assis aux places latérales arrière.

Ni Toyota, ni Transports Canada ne consentent à donner plus de détails sur le lieu, le moment et les circonstances de l’accident mortel, mais l’organisme gouvernemental en charge de la sécurité dans nos transports révèle que ses ingénieurs, déconcertés par la résultante de la collision d’origine, ont voulu en avoir le cœur net.

Ils ont donc reproduit l’accident frontal aux installations de PMG Technologies, à Blainville, ce centre des Laurentides mandaté par le gouvernement pour tester la résistance aux impacts de nos véhicules. (On y détruit là, littéralement, une cinquantaine d’automobiles chaque année.)

HeapMedia361405

La vidéo de cette reconstitution, que Transports Canada dit menée à même vitesse et à même angle que l’accident véritable, ainsi qu’avec des mannequins de poids semblable à celui des victimes, montre un homme et une femme sanglés à la banquette d’un Toyota Rav4. On y voit également, en prémisse, l’utilitaire qui entre en collision de plein fouet avec une camionnette – à 56km/h puis à 65 km/h, nous apprend le commentaire YouTube.

À l’instar de l’accident d’origine, les ceintures abdominales arrière ont été coupées et les deux mannequins ont, a précisé Transports Canada, subi des blessures potentiellement mortelles.

Les conclusions ont été transmises à Toyota, qui a enquêté à son tour, puis ordonné le rappel (le 17 février dernier). Ses concessionnaires installeront une protection de résine recouvrant le cadre tranchant pris en défaut à l’assise arrière, une opération d’une durée de 30 minutes à une heure par véhicule, évidemment sans frais pour les clients.

HeapMedia361392

HeapMedia361393

Le ministère des Transports du Canada a tenu à spécifier que Toyota a non seulement pleinement coopéré, mais que le constructeur n’était pas au courant de ce problème de sécurité avant l’enquête.

Toyota a néanmoins indiqué avoir été mis au parfum d’un incident similaire rapporté aux États-Unis: le passager arrière d’un Toyota Rav4 aurait été blessé lorsque sa ceinture de sécurité s’est sectionnée.

La compagnie automobile soutient ne pas avoir réussi à confirmer quelque cause à effet que ce soit.

HeapMedia361401

Aucun autre véhicule de Toyota que le Rav4 ne devrait être touché par le rappel: tous les autres modèles de la gamme utilisent une structure de siège différente.

Aussi, que les propriétaires de Toyota Rav4 plus récents que ceux visés par le rappel se rassurent: alors que la banque de données de la National Highway Traffic Safety Adminitration, le pendant américain de Transports Canada, montre que la cote de sécurité globale et celle à la collision frontale n’étaient que de trois étoiles sur cinq pour le Toyota Rav4 2011, les résultats se sont améliorés au fil des années et le Toyota rav4 2016 engrange le maximum d’étoiles à la cote globale.

HeapMedia361394

Après la berline Toyota Corolla, le Toyota Rav4 est, au Canada, le véhicule le plus populaire de la gamme nipponne, avec 42 246 exemplaires vendus en 2015 (soit le quart des ventes du constructeur au pays).

L’utilitaire est par ailleurs le troisième véhicule Toyota le plus populaire aux États-Unis, derrière la Toyota Camry et la Toyota Corolla (avec 315 412 unités vendues en 2015, soit 15% des ventes de la gamme).

HeapMedia361397
(Toyota Rav4 2011)

Transports Canada n’en est pas à sa première découverte d’une défectuosité automobile suffisamment grave pour entraîner un rappel de sécurité de niveau mondial. Sa conseillère principale pour les relations médiatiques, Natasha Gauthier, recense entre autres l’enquête de 2014 qui a mené à un rappel de sécurité pour la direction des Ford Explorer (2011 à 2013) et Ford Escape (2008 à 2011).

Une autre enquête menée en 2014 a abouti à un rappel visant la suspension des Nissan Versa d’année-modèle 2007 à 2012, plus précisément le remplacement de ses ressorts hélicoïdaux avant.

Même s’il ne s’agit pas d’une première du genre au pays, le ministre fédéral des Transports, l’astronaute Marc Garneau, a tenu à féliciter ses troupes:

HeapMedia361417

«Il ne s’agit pas ici que d’un cas où Transports Canada a découvert un problème lié à la sécurité et a mené une enquête approfondie, a-t-il dit. Les conclusions ont des répercussions réelles qui peuvent être calculées en vies humaines. Grâce à l’enquête du Ministère sur cette question de sécurité, des vies seront sauvées, au Canada et partout dans le monde. (…) Je suis fier des ingénieurs de recherche et des enquêteurs du Ministère qui ont fait un travail extraordinaire pour les Canadiens.»

Pour savoir si votre véhicule fait l’objet d’un rappel, consultez ici la banque de rappels de Transports Canada. N’ayez crainte que votre fidèle ne s’y trouve pas: les données remontent jusqu’en 1970…