Le nouveau Top 10 de Wards, que la publication américaine désigne elle-même de 10 Best UX, est un dérivé de son palmarès des Meilleurs habitacles automobiles, que vous pouvez d’ailleurs consulter ici.

Ce dérivé était non seulement logique, il nécessaire dans cette industrie où foisonnent les avancées en matière d’infodivertissement, de connectivité, d’écrans de contrôle, de commandes gestuelles, d’aides à la conduite et autres gizmos de sécurité.

Au cours de juillet et d’août dernier, l’équipe rédactionnelle de Wards a donc étudié 29 nouveaux véhicules (ou grandement transformés pour l’année-modèle 2016), se penchant en particulier sur la facilité – ou pas – de consultation, d’apprivoisement, de connexion et d’utilisation des technologies automobiles.

De grandes questions existentielles ont alors été posées: quels systèmes donnent flanc à la distraction, voire à la frustration, parce que trop complexes? Quels dispositifs remplissent leur rôle sans devoir extirper le manuel du propriétaire de la boîte à gants? Quelles aides à la conduite sont si intuitives, qu’on n’a pas envie de les désactiver?

HeapMedia395828

La réponse se trouve dans la liste ci-dessous des dix véhicules gagnants. Pour 2016, ce sont eux – trois Américains, trois Allemands et trois Japonais et un Coréen- qui ont su livrer aux utilisateurs-testeurs une expérience dite remarquable (outstanding).

  • Audi Q7, pour l’intelligence de son régulateur de vitesse, ses commandes manuelles qui dupliquent celles numériques et pour ces dernières qui proposent un haut niveau de personnalisation – tout en demeurant intuitives;
  • BMW Série 7, pour sa tablette numérique amovible qui commande, entre autres, la fonction massage des sièges arrière et la diffusion de fragrances d’ambiance;
  • Chrysler Pacifica, pour son traitement royal des passagers… arrière, la facilité d’utilisation de ses commandes vocales (on peut même dicter ses textos…) et son stationnement automatisé. L’équipe de rédaction de Wards consacre d’ailleurs la nouvelle fourgonnette comme «Centre de divertissement sur quatre roues» par excellence;
  • Ford Escape, pour son système Sync – qui l’eut cru, il y a cinq ou six ans! – mais aussi pour sa disponibilité envers les Appel CarPlay et Android Auto de ce monde. Oh, et pour sa FordPass, une application qui permet, de son téléphone intelligent, de réserver son stationnement. Entre autres…;
  • GMC Acadia, pour son partage intégré WiFi et son écran tactile personnalisable en deux portions. On encense particulièrement les comportements «sécuritaires» du régulateur de vitesse intelligent;
  • Honda Ridgeline, pour l’intuition de ses aides à la conduite et son système audio transformant la caisse de chargement… en caisse de résonance;
  • Hyundai Elantra, parce que même si elle se trouve en bas d’échelle, côté prix, la voiture compacte offre des technologies de quasi-conduite autonome, des dispositifs de sécurité (pensez freinage automatisé qui reconnaît jusqu’aux piétons) et des gizmos de connectivité que même des voitures de luxe ne réussissent pas à réunir. L’équipe de Wards n’hésite pas à qualifier la petite coréenne de value leader de la compétition 2016;
  • Infiniti Q50, parce que… deux écrans tactiles, c’est mieux qu’un seul, autant pour la compréhension, pour l’utilisation que pour la personnalisation. Et, même si ça n’est pas nouveau, pour la visualisation du périmètre à vol d’oiseau – peut-être la façon la plus instinctive d’aider au stationnement;
  • Lexus RX, pour l’ensemble de ses technologies de communication et de conduite qui, une fois apprivoisées, deviennent «une seconde nature»;
  • Mercedes-Benz Classe E, pour sa conduite presque autonome et l’animation de ses menus configurables qui, malgré leur avant-garde, ne viennent pas compliquer l’expérience, bien au contraire.

HeapMedia395820