Certains se souviendront peut-être des problèmes rencontrés. En gros, quelques-uns des pneus que Firestone fournissait pour les VUS de Ford, notamment les ATX, ATX II et Wilderness AT, voyaient leur bande de roulement se séparer du pneu, souvent à haute vitesse. En conséquence, de nombreux véhicules effectuaient des tonneaux et se voyaient impliqués dans de graves accidents.

On estime qu’au total, 250 personnes auraient perdu la vie pendant qu’environ 3000 autres auraient subi des blessures.

Le problème, bien plus grave, c’est que Ford ET Firestone étaient au courant des pépins engendrés par la combinaison pneu/VUS.

En fait, Ford savait que ses véhicules étaient susceptibles de se retourner en cas de manœuvres brusques à haute vitesse. Dans le cas du modèle Explorer, des ingénieurs de l’entreprise avaient même suggéré qu’on apporte des modifications au châssis afin de remédier à ce problème. La réponse de Ford avait été à tout le moins timide. On s’était contenté d’apporter des changements mineurs, mais surtout, de réduire la pression recommandée des pneus à 26 livres. Une faible pression peut entraîner la surchauffe d’un pneu qui, conséquemment, peut connaître des problèmes.

En mai 2000, la National Highway Traffic Safety Administration, la NHTSA, informait Ford et Firestone à propos d’un nombre inquiétant de situations concernant les pneus. Les enquêtes subséquentes allaient révéler que Ford et Firestone étaient au courant des faits, mais avaient choisi de ne pas informer la NHTSA.

Un immense rappel avait alors eu lieu afin de remplacer les pneus suspects. De nombreuses poursuites se sont retrouvées devant les tribunaux.

Au final, Ford acceptait de verser un peu plus de deux milliards en compensation.

Dans notre galerie photo, quelques-uns des modèles touchés par le scandale.