Le principe du moteur V8 n’était pas nouveau. Il avait vu le jour au début du siècle lorsque le pionnier Léon Levasseur en avait déposé le brevet. Cependant, son application n’était pas très répandue; elle a d’abord servi dans le domaine maritime, puis dans l’aviation.

Tranquillement, le moteur V8 a fait son chemin dans l’univers de l’automobile. Plusieurs constructeurs ont tenté l’expérience, dont Rolls-Royce, mais c’est dans une Cadillac, en 1914, qu’on assiste à la première commercialisation massive d’un modèle équipé d’un moteur V8.

D’autres véhicules ont ensuite hérité de cette technologie, mais généralement, elle servait des produits plus huppés. Il faudra attendre l’arrivée du V8 de Ford pour voir ce type de moteur devenir plus accessible.

HeapMedia367263

Pareille démocratisation a d’abord commencé par une surprise: lorsque Ford dévoile ses modèles pour 1932, l’acheteur réalise qu’il peut opter pour un moteur V8 en option. Certes, la Ford 1932 allait faire jaser… mais c’est ce qui l’animait qui alimentait les discussions.

De taille plus compacte, celui qui sera plus tard connu comme le V8 Flathead (après l’arrivée des soupapes en tête) allait permettre aux véhicules Ford qui en étaient équipés d’éclipser n’importe quel autre modèle sur la route. Une revue britannique en avait réalisé l’essai routier et, au 0-100 km/h, avait enregistré un temps de 16,8 secondes.

On entrait dans une nouvelle ère. La beauté de la chose, c’est qu’il n’en coûtait qu’une cinquantaine de dollars supplémentaires (soit environ 1100$ en dollars d’aujourd’hui) pour faire équiper son modèle du nouveau V8.

L’organe lancé par Ford un 31 mars 1932 allait servir les modèles de l’entreprise pendant plus de deux décennies – soit jusqu’en 1953.