À l’époque, on était rempli d’espoir au sein du groupe Chrysler alors qu’une nouvelle venue faisait son apparition au sein de la gamme. Cependant, il faut savoir que ce n’était pas la première apparition officielle de cette voiture.

En effet, c’est en octobre de la même année, au Maroc, que l’Horizon a été pour la première fois présentée. Elle était le résultat du travail du centre d’études de Chrysler en France, situé à Carrières-sous-Poissy.

Au départ, elle portera successivement les noms de Simca-Chrysler Horizon, Simca-Chrysler-Talbot Horizon, puis Talbot Horizon, par suite du rachat de Chrysler Europe par le groupe Peugeot, quelque part en 1978.

En Amérique, où elle sera aussi commercialisée, elle est envoyée à la division Plymouth sous le nom Horizon. Chez Dodge, elle prend l’appellation Omni.

Sa particularité : la traction avant.

En effet, pour la première fois de son histoire, Chrysler allait produire massivement une voiture à traction. Mieux, elle allait paver la voie à l’arrivée de la fameuse série des K cars. Il faut se rappeler qu’à la fin des années 70, la situation financière de Chrysler n’était pas rose et son nouveau président d’alors, Lee Iaccoca, avait quémandé de l’argent au gouvernement pour garder la compagnie à flot.

Ce dernier avança les fonds nécessaires, mais émit une condition; que la compagnie poursuive avec la production de voitures plus petites et économiques respectant l’esprit établit avec les modèles Plymouth Horizon et Dodge Omni.

En 1978, lors de la première année de commercialisation du modèle, quelque 288 000 unités avaient trouvé des preneurs.

Quelque part, l’Horizon a pavé la voie à l’avenir de l’entreprise.

Qui sait quelle aurait été la suite de l’histoire sans elle?