Et bien ces derniers faisaient leurs débuts il y a 61 ans aujourd’hui dans les rues de cette grande métropole. Les Routemaster étaient fabriqués par la compagnie AEC (Associated Equipment Company). En fait, le bus à deux étages de Londres que l’on voit sur toutes les cartes postales, il appartient à cette entreprise.

Cependant, il serait faux de croire que c’est à Londres qu’est née l’idée d’un bus à impériale, le nom donné à ce type de véhicule. Pour retracer ses débuts, il faut reculer en France au milieu du XIXe siècle pour trouver des carrioles à deux étages dont la mécanique était nourrie à l’avoine. Au début du siècle, des exemplaires motorisés prenaient d’assaut les rues de Paris.

Même à Londres, des bus à impériale vont rouler, de façon plus sporadique, avant 1956.

L’arrivée des AEC Routemaster allait changer la donne. Rapidement après ses débuts, il s’impose sur la scène du transport collectif.

Le modèle va évoluer au fil des années, évidemment. Les plus vieilles éditions sont reconnaissables au fait que la cabine du pilote est séparée du reste de l’autobus. Certaines versions possédaient un deuxième étage sans toit. Malheureusement, ces dernières étaient responsables d’un nombre important de décès annuellement.

Le dernier AEC Routemaster a circulé dans les rues de Londres en 2005. Avec le temps, ces produits ont été remplacés par des plus versions modernes, plus adaptées.

Au total, 2876 modèles ont été fabriqués et 1280 seraient toujours en fonction. Plusieurs sont encore utilisés sur des circuits touristiques.