Avant d’être identifiée à une voiture, la désignation Trans-Am faisait référence à une série en course automobile. la Trans American.

Ladite série a vu le jour en 1966, gracieuseté du Sports Car Club of America (SCCA) et elle mettait en vedette des voitures de production modifiées pour la course.

Il faut se reporter dans le contexte de l’époque, à l’ère des muscle car, pour comprendre que la création d’une telle série où il était possible de voir tous les bolides du temps se mesurer était un incontournable. Imaginez voir en piste les Ford Mustang, Chevrolet Camaro, Plymouth Barracuda, AMC Javelin, Dodge Challenger, Pontiac Firebird et Mercury Cougar… le rêve!

C’est alors qu’on a vu apparaître quantité de versions plus sportives de ces bolides. Chez Pontiac, on a décidé d’utiliser le nom Trans-Am pour désigner une version plus vitaminée de la Pontiac Firebird, lancée tout juste deux années auparavant.

La voiture a été officiellement lancée un 8 mars 1969 – quelques mois avant que l’homme ne marche sur la Lune.

En gros, la Pontiac Firebird Trans-Am profitait d’une direction plus précise, d’amortisseurs plus performants et d’un moteur plus dynamique. Elle se différenciait aussi avec un capot plus massif, des roues au design unique et un aileron arrière.

HeapMedia365127

Fait intéressant, puisque le nom Trans-Am était déjà enregistré, Pontiac avait accepté de verser 5$ au SCCA pour chaque voiture vendue.

Ironiquement, la version Trans-Am de la Firebird ne pouvait rouler dans la série du même nom, car son plus petit moteur était… plus gros que ce que permettaient les règlements de la série. En effet, on n’y acceptait pas les blocs de plus de 5 litres!

Le modèle de production va connaître beaucoup de succès et sera au catalogue jusqu’à la fin de la production de la Pontiac Firebird, en 2002.

Il serait surprenant de voir le nom réapparaître dans le giron de GM puisque la marque Pontiac n’est plus – depuis le 27 avril 2009, précisément.

Mais qui sait, on pourrait peut-être nous surprendre un jour…

… dans le film Smokey and the Bandit, c’est une version Trans-Am qui est utilisée. Dans la saga Rocky, le célèbre boxeur se procure une édition Trans-Am dans le deuxième film de la série. Et la voiture parlante de la télésérie Knight Rider est – vous l’avez deviné: une version modifiée d’une Trans-Am de troisième génération.