Cette symbolique, elle voyait le jour à la fin des années 60 chez Aston Martin.

Bien que plusieurs modèles de la marque aient porté les initiales (DB) du grand patron de la firme, David Brown, c’est en 1967 qu’elles sont accompagnées de la lettre S. Si les modèles DB2, DB5 et DB6 avaient laissé leur marque, le temps était venu de passer à autre chose et une modernisation de la gamme s’imposait.

C’est à ce moment qu’est apparue la DBS.

Dotée d’un design complètement différent de la DB6 qu’elle venait remplacer (même si les voitures se sont côtoyées pendant trois ans sur le marché), la DBS se présentait davantage comme une grande routière qu’une sportive nerveuse. Possédant quatre places spacieuses, elle empruntait même des airs aux voitures américaines de l’époque.

En fait, la DBS était de son temps; grosse et puissante. Si au départ elle pouvait être livrée avec un moteur 6-cylindres en ligne de 4 litres et 282 chevaux, elle allait, dès 1969, pouvoir accueillir un V8 de 5,3 litres. Ce dernier proposait la bagatelle de 320 chevaux à 5400 tours/minutes et un couple maximum de 360 livres-pieds à 4000 tours/minute.

Ce que ça donnait, c’est un 0-100 km/h en 5.9 secondes.

Avec le pied au plancher, la voiture pouvait atteindre la vitesse de 160 milles à l’heure, soit quelque 270 km/h. Si le coefficient de traînée (évalué entre 0.42 à 0.47) avait été meilleur, la voiture aurait certes pu être plus rapide. Pour l’arrêter, des freins à disques répondaient présents aux quatre roues. Sur les versions à moteur V8, ces derniers étaient ventilés.

Puis, ce qui impressionnait peut-être le plus et se voulait annonciateur de choses à venir, c’est que l’habitacle offrait un niveau de luxe qui pouvait être comparé à celui avancé par des modèles provenant de firmes comme Rolls-Royce ou Bentley. Les sièges étaient drapés d’un cuir de qualité, du bois véritable habillait la planche de bord et se trouvait sur le volant. La climatisation et les vitres électriques étaient bien sûr des commodités servies de série.

Si vous êtes un amateur de la série de films James Bond, une DBS de cette génération a servi dans le titre On her Majesty’s Secret Service.

En 2007, Aston Martin ramenait les lettres DBS au catalogue de la marque.

Le mythe est toujours vivant.

Vous aimeriez vous en procurer une? Bonne chance pour en trouver, car seulement 787 exemplaires ont été fabriqués.