En fait, c’est à bord d’un corbillard de la marque LaSalle, une division que Cadillac opérait avant la Deuxième Guerre mondiale, qu’Aretha Franklin, cette artiste mainte fois honorée, a été conduite aux différents sites où se déroulaient les hommages qui lui ont été rendus ces derniers jours.

À la vue de la photo qui illustre notre nouvelle, vous l’aurez deviné, un des éléments qui a retenu notre attention est le véhicule qui a servi à mener la star, décédée à l’âge de 76 ans le 16 août dernier des suites du cancer du pancréas, jusqu’à son dernier repos.

HeapMedia489030

Si les Cadillac utilisées comme corbillard à l’époque n’étaient pas rares, celle qui a repris du service au cours des derniers jours possède une feuille de route impressionnante.

Outre le fait qu’elle soit au service de la même maison funéraire (Swanson) depuis l’ouverture de cette dernière au début des années 1960, la pièce de 1940 a aussi transporté le père d’Aretha Franklin, de même qu’une certaine Rosa Parks.

Rosa Parks, si votre mémoire vous fait défaut au moment de lire ces lignes, c’est LA dame qui a refusé de céder sa place à un homme blanc dans un autobus sillonnant les rues de la ville de Montgomery, en Alabama, le 1er décembre 1955. Son geste est perçu comme le premier d’une série qui a mené au mouvement sur les droits civils de la communauté afro-américaine aux États-Unis.

Pour en revenir au corbillard LaSalle, mis à part son aspect en tout point majestueux, il est tranquillement devenu, cette semaine, un morceau encore plus important de l’histoire américaine.

HeapMedia489061

Autre fait marquant de la cérémonie, du moins en ce qui a trait à l’automobile: il a été possible de voir plus de 100 Cadillac roses se pointer pour la procession. Aretha Franklin adorait les Cadillac de cette couleur et les propriétaires ont été nombreux à répondre à l’appel destiné à célébrer la vie de la grande chanteuse.

La chanson Pink Cadillac, d’ailleurs, a été un des innombrables succès de la Reine du Soul. Bref, un départ grandiose. Et, pour une dernière fois, R-E-S-P-E-C-T, Madame.