Un Veraneio ? Vous ne connaissiez pas ? Ne vous en faites pas, l’auteur de ces lignes non plus, comme les gens qui se trouvaient autour du véhicule ce matin.

Normal lorsque ledit véhicule est en fait un produit brésilien qui ne fut jamais commercialisé en Amérique du Nord.

Pour retracer son histoire, il faut se reporter en 1964, l’année où Chevrolet décide d’introduire un VUS sur le marché là-bas. Elle lui donne alors le nom de C-1416. Il importe de savoir que la camionnette qu’offrait Chevrolet pour ce marché portait à ce moment le nom de C-14. Le nouveau venu profitait de ses assises.

En 1969, le C-1416 change de nom pour prendre celui de Veraneio. Dans la langue portugaise, parlée au Brésil, ce mot signifie l’été, tout simplement. Il peut aussi prendre le sens du « temps » ou de la « période » de l’été.

Esthétiquement, le véhicule se démarque totalement de son cousin d’Amérique. À bord, quelques éléments au niveau de l’instrumentation permettent d’établir des liens de famille, mais c’est un produit foncièrement différent auquel les Brésiliens avaient droit. Une mécanique à six cylindres peut être trouvée sous le capot du modèle que nous avons photographié.

Et puisqu’il ne fut pas vendu ici, c’est simple, c’est pratiquement impossible à trouver.

Celui qui possède ce véhicule et souhaite le vendre à Hershey l’a acheté d’un type qui vit en Californie et qui l’avait fait importer il y a quelques années.

Le prix demandé : 32 500 $.

Une juste valeur ? Bien difficile à dire, considérant qu’il n’y en a pas ici. La condition semble excellente, cela dit. Disons qu’un prix autour de 20 000 $ serait pertinent.

Le vendeur souhaite faire un coup d’argent, c’est clair.

Il a un atout dans sa manche ; la rareté. Cependant, un acheteur averti effectuera une recherche sur le Net et s’apercevra qu’il peut en obtenir un pour beaucoup moins.

Négociation, négociation, négociation ; c’est le nerf de la guerre.