Ce dernier, c’est le Citroën Type H. Commercialisé de la fin des années 40 jusqu’au début des années 80, on peut affirmer sans se tromper qu’il a rendu de fiers services à de nombreuses entreprises, tant en France qu’ailleurs en Europe.

Mais outre le fait de n’être qu’un vulgaire véhicule utilitaire, ce qui est fascinant à son propos, c’est son design atypique, laid à mourir ou irrésistible selon le regard qu’on lui porte, et l’histoire derrière sa conception. En fait, c’est le genre d’histoire qu’on ne peut inventer.

C’est dans le plus grand des secrets qu’est conçu le Type H dans les bureaux de Citroën. Il faut se replonger dans le temps et se rappeler qu’au début des années 40, de 1940 à 1944 en fait, la France se trouve sous l’occupation de l’Allemagne. Parmi les conditions qui avaient été imposées aux vaincus se trouvait l’interdiction de développer de nouveaux véhicules.

Heureusement, on travailla en secret afin de mettre sur pieds des projets. Le risque était grand toutefois, car les Allemands n’étaient pas reconnus comme patients vis-à-vis l’insubordination.

Toujours est-il qu’après la guerre, lorsque les manufacturiers français reprennent du service, le Type H est déjà bien avancé sur papier. On ne mettra pas trop de temps à le faire passer de l’étape du projet à la réalité.

En raison des nombreuses restrictions qui existaient à l’époque, tant matérielles que financières, le Type H avait été pensé pour être simple à construire, simple à réparer. Surtout, pour lui donner vie, on avait majoritairement fait appel à des composantes qui existaient déjà au sein de la gamme. Par exemple, le moteur du Type H était celui qui servait le fameux modèle Traction Avant.

Pour ce qui est du design, il avait un objectif : la praticité. C’est pourquoi il est si carré. À l’intérieur, le volume était impressionnant et en raison de sa conception à traction, le plancher bas faisait en sorte qu’on était capable de se tenir debout à l’intérieur.

Quant aux panneaux extérieurs rainurés, ce procédé avait été choisi en raison de la plus grande rigidité qu’il procure. Pensez au Flex, de Ford, qui propose aussi des panneaux rainurés.

En tout, Citroën écoulera près d’un demi-million d’exemplaires de son Type H. Il fut choisi par plusieurs entreprises, mais aussi par de nombreuses unités d’intervention policière. Certains le reconnaissent comme le panier à salade. Aussi, plusieurs entreprises le modifièrent pour répondre aux besoins de différents types de commerçants. Bref, on parle vraiment d’un véhicule… utilitaire. Et, en raison de son design particulier, il est facilement reconnaissable. Il est aujourd’hui prisé par de nombreux collectionneurs.

Sur une note personnelle, si j’avais l’occasion de m’en procurer un, vous pouvez être certains que je la saisirais.

Il est difficile de trouver un produit plus original.