Les réclames publicitaires annonçaient pourtant le E-Day – qui devait se tenir le 4 septembre 1957 – comme un très grand jour, celui du débarquement chez les concessionnaires des premières voitures Edsel.

Pour Ford, l’événement était majeur. D’ailleurs, ça l’était aussi pour l’industrie qui voyait pour la première fois, depuis 1938, une nouvelle marque être lancée, soit en presque 20 ans.

En tout, quelque 1300 concessionnaires Edsel attendaient avec impatience l’arrivée des nouveaux modèles de cette division. On en comptait quatre en tout: Pacer, Ranger, Citation et Corsair.

Aucun effort n’avait été épargné: presque quatre ans jour pour jour avant le grand débarquement du E-Day, l’équipe chargée de donner vie à l’Edsel avait déjà été formée.

HeapMedia375449

Et l’ambition était grande; très grande. Ford souhaitait se doter d’une voiture capable de concurrencer ses rivales de moyenne gamme issues des divisions comme Buick, Oldsmobile, Chrysler et DeSoto, entre autres. Oui, Ford avait Mercury, mais cette dernière se rapprochait davantage de Lincoln que de Ford en matière de design et de prix.

Le reste de l’histoire est bien connu. Le modèle n’a pas eu l’effet escompté sur le marché et en novembre 1959, l’aventure cessait aussi rapidement qu’elle avait débuté.

Les raisons sont multiples. La qualité d’assemblage et des problèmes de fiabilité, pour un, n’ont aidé en rien aux premiers pas des Edsel sur le marché. Un vieil homme ayant travaillé à leur fabrication racontait à l’auteur de ces lignes qu’en certaines occasions, les boulons n’étaient pas tous posés lors de l’assemblage de l’habitacle et qu’en d’autres instances, on laissait des pièces ou des outils à l’intérieur des panneaux de portes ou de la carrosserie…

Le style? Fort controversé à l’époque, il n’avait tout simplement pas été accepté. D’ailleurs, il avait été nettement adouci pour 1959 et, en 1960, il ne ressemblait plus du tout à ce qui avait été présenté pour le millésime 1958. Les étiquettes avaient été réduites, aussi.

HeapMedia375456

Enfin, aux yeux de plusieurs, la marque Edsel symbolisait l’arrogance des grandes corporations américaines, attitude véhiculée par un design trop agressif et une mise en marché prétentieuse. Ajoutez à cela une crise économique qui frappe au même moment et vous avez là tous les ingrédients pour l’avènement d’un désastre.

L’aventure de l’Edsel a été, sans contredit, désastreuse: la marque devait révolutionner l’automobile, mais elle s’est plutôt avérée l’un des plus grands fiascos de l’histoire de l’industrie.

Entre le 26 août 1957, date où la première de la lignée a été fabriquée, et le 19 novembre 1960, moment où la dernière a quitté les chaînes de montage, quelque 111 000 Edsel ont été assemblées.

L’ironie, c’est qu’aujourd’hui, on s’arrache les modèles dans les encans… surtout ceux de 1958.