De fait, si on recule encore plus loin dans le temps que le 8 septembre 1953, premier jour du service transcontinental en autobus, on comprend que la jonction entre les côtes de l’Atlantique et du Pacifique a été au cœur du développement ET de l’histoire du Canada ET des États-Unis.

C’est que dans les années 1800, alors que des villes avaient poussé à chaque extrémité du continent, il avait fallu mettre en place des moyens de transport capable d’assurer la livraison de biens et le déplacement de gens d’un océan à l’autre.

Pour la livraison de colis, il y a d’abord eu le Pony Express, puis, la diligence est venue prendre la relève, elle qui était capable d’accueillir à la fois du matériel et des personnes.

Bien sûr, la construction de chemins de fer transcontinentaux est venue assurer que plus jamais l’est ne serait séparé de l’ouest. Au Canada, cet exploit s’est réalisé en 1885.

Juste pour vous mettre en perspective: c’était avant l’arrivée de l’automobile. Bien entendu, cette dernière est venue simplifier les choses, tout comme l’avion, graduellement au cours du XXe siècle.

Aujourd’hui, on n’y pense même plus. Mais au milieu des années 1950, l’exploit, bien que réalisable, exigeait une certaine planification pour ceux qui n’avaient pas les moyens de l’avion ou qui ne pouvaient – ou ne voulaient pas se farcir le trajet en voiture.

Certes, les compagnies d’autobus offraient la traversée de quelque 5000 kilomètres à bord de véhicules comme ceux de GM que vous trouverez dans notre carrousel-photos ci-haut, mais avant le 8 septembre 1953, il fallait passer d’un véhicule à un autre; un bordel au niveau de l’organisation.

Mais il y a deux tiers de siècle aujourd’hui, la Continental Trailways simplifiait les choses en offrant le premier service d’autobus express entre New York et San Francisco.

Il fallait être patient, toutefois: la randonnée durait 88 heures et 50 minutes, en incluant les arrêts.

Le coût: 56,70 $

Le voyage a dû s’avérer mémorable pour plusieurs, à ne pas en douter…