Ce jour-là, un chauffeur de taxi de Londres, George Smith, devenait le premier être humain à être arrêté pour avoir conduit un véhicule sous l’influence de l’alcool. Vous devinez sûrement que le fautif n’a pas été arrêté lors d’un barrage routier ou par des policiers qui auraient pu le prendre en chasse après avoir remarqué un comportement erratique sur la route.

Le monde n’était pas rendu là. Plutôt, notre soulon a conduit son véhicule-taxi directement dans le mur d’un immeuble et c’est de cette façon qu’on s’est aperçu que l’alcool était en cause.

L’homme a plaidé coupable et a reçu une amende de 25 shillings – environ 230$ en dollars canadiens d’aujourd’hui.

HeapMedia489575

Il faudra attendre 13 ans avant de voir la première loi concernant la conduite avec les facultés affaiblies faire son apparition, dans la ville de New York. Puis, il faudra patienter jusque dans les années 1930 pour que la première machine servant à détecter la présence d’alcool chez une personne soit inventée.

Le «Drunkometer» a été conçu par un biochimiste de l’Indiana, Rolla Harger, et, tout comme aujourd’hui, la personne soupçonnée devait souffler dans un tube.

En 1953, un ancien policier de l’Indiana, Robert Borkenstein, qui avait travaillé avec le docteur Harger, perfectionna cette machine. Mais ce n’est que vers la fin des années 1970, voire au début des années 1980, que les gens ont commencé à prendre conscience du danger de se glisser derrière le volant avec quelques verres de trop dans le nez.

Ça aura pris plus d’un siècle…