En fait, la première réaction des gens qui s’en approchaient était la même : qu’est-ce que c’est que cette voiture ?

Des concepts, ça ne court pas les rues. Des concepts qui approchent la cinquantaine, encore moins. Et immatriculé, de surcroît.

Une chose nous est apparue claire ; nous avions entre les mains une histoire à vous raconter. Nous en avons profité pour prendre quelques clichés dans le stationnement de l’hôtel, mais heureusement, la voiture était présente sur le terrain de golf de Pebble Beach le dimanche et nous avons eu l’occasion une deuxième fois de l’immortaliser.

Alors, qu’est-ce que ce concept Farago ?

Si vous avez l’oeil aiguisé, vous aurez deviné qu’il s’agit d’un produit qui fut dessiné pour le compte de la division Pontiac de General Motors. En fait, c’est sur les bases d’une Pontiac Grand Prix qu’a été dessinée cette voiture par Paul Farago, à la demande d’un certain John Z. DeLorean, alors à la tête de la division.

Paul Farago n’en était pas à ses premières armes. Il avait oeuvré chez Chrysler à l’époque de Virgil Exner et était un bon ami de ce dernier. Il avait supervisé la conception des Chrysler Ghia à cette même époque. Parmi ses réalisations, on compte aussi une participation à la création de la Maserati Ghibli, un travail qui va clairement l’influencer lorsqu’il se mettra à table pour dessiner le concept portant la signature Pontiac.

L’objectif était simple : faire rayonner la marque et démontrer ce dont elle était capable. Du coup, l’occasion était belle pour faire valoir le savoir-faire du nouveau carrossier Coggolia dont les copropriétaires étaient Sergio Coggolia et… Paul Farago.

La voiture, comme son nom le mentionne, est équipée d’un moteur V8 de 428 pouces cubes, un bloc qu’on retrouvait au sein de la division à l’époque. À l’intérieur, on a essentiellement la présentation de la Pontiac Grand Prix, à l’exception du logo de la voiture et de ce volant fait de bois. Les feux arrière sont aussi ceux de la Grand Prix, tout comme les poignées de porte.

Vous remarquerez aussi ces pneus de marque Firestone, tout à fait uniques.

C’est cependant au niveau de la carrosserie que cette voiture se démarque. Son long museau lui donne une sale gueule. Et elle fait toujours tourner les têtes. Ça, on peut vous le confirmer.

Ce qui est aussi frappant, c’est son état de conservation, tout à fait exceptionnel. Ce n’est certainement pas étranger au fait qu’elle est aujourd’hui entre les mains du neveu de Paul Farago, Frank Campanale.

C’est d’ailleurs lui qui peut être vu avec la chemise blanche sur quelques-unes des photos prises à Pebble Beach. Il se faisait un plaisir à raconter l’histoire de celle qui est devenue sa voiture.

Une bibitte unique, donc, mais aussi un concept qui nous rappelle ce que doit être l’esprit d’un concept, c’est-à-dire une étude de style, un produit porteur d’innovations, transmetteur de passion. Il serait bon de le rappeler à certains constructeurs pour qui le mot a pris la définition d’une voiture de préproduction.