Cette Ford F-250 en est un exemple probant. Elle a passé ses 25 premières années sur la route pour ensuite être remisée pour les 20 prochaines. Et ce qui est merveilleux, c’est que ses 25 premières années n’ont pas été trop souffrantes à son endroit, si bien qu’elle se présente toujours en condition d’origine… à une exception près. Nous y reviendrons.

Et puis, comme si ce n’était pas assez, nous sommes ici en présence d’un modèle à quatre roues motrices, une rareté à l’époque. Si aujourd’hui l’achat d’une camionnette 4X4 est pratiquement un automatisme, c’était l’inverse à l’époque ; la motricité aux quatre roues représentait une option qu’il fallait décider de se payer.

En 1973, Ford lançait une nouvelle génération de camionnettes de Série F. Cependant, vu le succès remporté par le modèle de l’ancienne génération (1967-1972), les changements demeurèrent mineurs au niveau de la structure. L’empattement gagnait deux pouces, tant sur les modèles à cabine simple qu’à cabine d’équipe, et de nouvelles motorisations faisaient leurs débuts.

Le changement le plus visible était à l’avant où des changements importants marquaient la nouvelle grille. Ford proposait ce que plusieurs décrivaient comme le meilleur camion 4X4 à ce moment et sa popularité est là pour en témoigner. Sur les 946  470 modèles de la Série F écoulés en 1973, 182 573 portaient le logo F-250, signifiant leur capacité de trois quarts de tonne.

Au niveau des moteurs, c’est un 6-cylindres de 300 pouces cubes qui était servi de série. Sa puissance n’était que de 101 chevaux, résultat des nouvelles normes restrictives en matière d’émissions polluantes. L’acheteur pouvait se procurer une version équipée d’un V8 de 360 pouces cubes et 145 chevaux ou bien y aller pour un V8 de 390 pouces cubes de 156 chevaux.

C’est là que le modèle qui se trouve en vente dans l’état de la Californie a subi une modification. On lui a greffé un V8 de 427 pouces cubes. Avec la boîte manuelle à quatre rapports qui était servie de série sur les versions à quatre roues motrices, on comprend qu’il ne doit pas trop jouer aux figurants à la piste d’accélération.

Les modèles de base du F-250 recevaient une boîte manuelle à trois rapports à leur sortie de l’usine, mais la boîte mécanique à quatre vitesses était livrable en option. En option également, la boîte auto Cruse-O-Matic pouvait être sélectionnée.

Bref, l’acheteur avait du choix.

Le modèle que nous avons trouvé vous offre une belle vitrine sur l’allure qu’avait le produit en 1973. Oui, on lui a changé son moteur, mais à l’extérieur, on a respecté l’histoire. Toutes les réparations qui ont pu être effectuées (l’annonce en dit peu à ce sujet) ont été bien faites et respectueuses du passé.

Somme toute, un produit rare et fort désirable.