En effet, cette opération peut être optionnelle si vous avez un véhicule capable d’affronter la saison froide… et avez l’audace de lui faire prendre l’air pour lui permettre de renouer avec les joies de l’hiver.

Cette simple idée donne la nausée à plusieurs, et pour cause : on fait tout pour préserver et bichonner nos belles d’autrefois et la meilleure façon de faire un pas en arrière, c’est de les envoyer jouer dehors dans la neige et la gadoue.

Mais il y a peut-être moyen de moyenner, comme on dit.

Quiconque souhaite utiliser une voiture ancienne de décembre à mars au Québec doit choisir un modèle en conséquence. On imagine mal une Ford Mustang 1967 ou une Chevrolet Chevelle 1968 en condition concours être équipée de pneus d’hiver et se trouver recouverte de calcium quelques mois par année.

On pourrait alors parler d’un crime contre l’automobile.

Plutôt, il faut envisager un produit ayant peu de valeur, ou, comme dans le cas qui nous intéresse, un véhicule ayant été pensé pour affronter à peu près n’importe quelles intempéries. En le chaussant de bonnes gommes et en prenant les mesures nécessaires pour s’assurer que son état ne se détériore pas, la chose devient possible.

Quelles mesures? On parle ici d’un traitement efficace contre la rouille, des graissages appropriés et, surtout, d’un rinçage obligatoire après chaque sortie. Il faut, en fait, éliminer tout dépôt de calcium qui, lorsque le véhicule est au repos, pourrait se mettre au travail pour lui rendre la vie plus difficile.

On peut aussi opter pour une solution plus simple: un véhicule ancien de peu de valeur, non restauré et apte à prendre la route. Ainsi, la détérioration de son état ne devrait pas faire trop mal…

On ne sait pas si le véhicule que nous avons trouvé à vendre sur le Web a été utilisé de façon régulière l’hiver par son propriétaire ou si ce dernier s’est seulement servi du magnifique décor blanc qui s’offrait à lui pour réaliser des photos spectaculaires.

HeapMedia479663

Qu’importe, c’est ce qui nous a inspiré l’idée de ce billet. D’ailleurs, sans vous en dire trop, nous avions déjà prévu aborder ce thème en début d’année avec des acteurs de chez nous.

À suivre…

En attendant, vous pouvez toujours imaginer votre prochaine saison froide au volant d’un classique en admirant ce superbe Jeep Wagoneer 1970 qui est toujours d’origine et dont le compteur n’indique que 39 000 milles (62 765 kilomètres).