La semaine dernière, le Québec, l’Italie et le reste de la planète F1 se rappelaient, toujours avec tristesse, le terrible accident qui a entraîné la mort de Gilles Villeneuve, au circuit de Zolder en Belgique, le 8 mai 1982. Malgré le temps qui passe, la douleur, elle, est encore vive.

Un héros, ça ne s’oublie pas. La perte d’un héros, ça laisse des cicatrices indélébiles.

Heureusement, il est parfois possible d’y mettre un peu de baume et c’était le cas aujourd’hui alors que la Ferrari 308 GTS 1978 qui était sienne est venue le saluer en tant qu’une des vedettes, sinon la star incontestée de l’encan RM Sotheby’s de Monaco.

Monaco, en prime: soit le théâtre de l’une de ses six victoires en F1, celle-là survenue en 1981.

C’est un peu un concours de circonstances qui fait que Gilles Villeneuve s’est retrouvé au volant de cette Ferrari 308 GTS à la fin de l’année 1978.

Le modèle, seulement le deuxième de cette série, a été produit en 1977 et a d’abord servi comme cobaye pour la mise au point de la voiture. Il a par la suite été retapé avant d’être utilisé par Ferrari pour la réalisation du matériel promotionnel de la gamme 308.

Le bolide a été officiellement immatriculé à Modène et donné à Gilles Villeneuve pour son usage personnel le 30 octobre 1978, quelque trois semaines après sa première victoire en F1, obtenue à Montréal sur le circuit qui porte aujourd’hui son nom.

HeapMedia271225

La Ferrari 308 GTS a subi quelques modifications avant d’aboutir dans les mains du Québécois, dont l’ajout d’un embrayage de meilleure qualité, celui de la 512 BB.

Au cours des années qui ont suivi, la voiture a principalement passé son temps à la résidence de Gilles Villeneuve, à Monaco. Il l’utilisait pour des allers-retours rapides (surpris ?) à l’usine Ferrari de Maranello. Le trajet de 270 milles (450  km) exigeait normalement quatre heures, mais Gilles aurait réussi à le boucler en seulement 2 h 25 à une vitesse moyenne de 112 milles à l’heure, soit près de 200  km/h.

Le genre d’histoires qui ne fait que renforcer sa légende.

HeapMedia432473

Après sa mort en 1982, la voiture est retournée chez Ferrari jusqu’en 1984. Elle a à ce moment été vendue à Michele Superbo, un résident de Modène. À son décès, elle a été léguée à sa femme Rosanna jusqu’au moment où elle a été acquise, en 2010, par celui qui l’offre aujourd’hui. Depuis huit ans, la pièce repose au Danemark.

Ce qui est somme toute incroyable, c’est que la voiture n’a parcouru qu’un peu moins de 37  000 kilomètres depuis 1978. Sa présence sur les blocs de l’encan RM Sotheby’s de Monaco était donc une occasion en or de mettre la main sur une édition à bas millage, mais surtout sur le modèle qui possède le passé le plus riche et le plus glorieux.

Pour tout amateur de Formule 1 et de Gilles Villeneuve, il s’agissait d’une opportunité qu’il ne fallait tout simplement pas laisser filer. D’ailleurs, les observateurs ont été nombreux, avant la tenue de l’événement, à exprimer le souhait que cette voiture prennent la direction du Québec.

C’est donc avec une grande anticipation que nous avons suivi, en direct, l’arrivée du bolide devant la foule.

Une Ferrari 308 GTS, sur le marché, peut se dégoter pour environ 50 000 $. Selon la condition, le prix peut grimper un peu, mais on va s’entendre sur une chose ;  il ne s’agit pas de la Ferrari la plus recherchée par les collectionneurs, même si l’engouement la concernant est à la hausse depuis quelques années.

HeapMedia484039

Ainsi, le prix de vente estimé entre 300  000 et 400  000 euros par les professionnels du groupe RM témoigne du caractère unique de cette édition et, il faut le dire, de la folie qui s’empare parfois de ce genre d’événements.

Finalement, lorsque le tour de l’ex-voiture de Gilles est venu, les mises, qui ont débuté à 150 000 euros, n’ont pas tardé à grimper à coup de 10 000 balles. À 190 000, on a senti un petit essoufflement et les bonds sont passés à 5000 euros.

Il était évident qu’un client était intéressé dans la salle, mais on pouvait aussi apercevoir deux préposés qui négociaient avec des acheteurs en ligne. Le cap des 200 000 euros a alors été rapidement franchi et la quête pour cette incroyable pièce s’est terminée au montant de 235 000 euros ; le gagnant était sur place, à Monaco.

On a de toute évidence évalué le véhicule avec un peu trop d’enthousiasme chez RM Sotheby’s, mais tout de même, en dollars canadiens, on parle d’une transaction qui s’est conclue à quelque 360 000 $.

Bien sûr, l’identité de l’acheteur n’est pour l’instant pas connue. Lorsque l’information nous tombera sous la main, vous pouvez être assurés que nous vous la communiquerons.

HeapMedia271229