Les véhicules concepts, vous le savez, ont toujours fasciné les gens. Ils nous permettent de jeter un regard immédiat sur le futur et nous donnent une idée de ce que les constructeurs qui les mettent de l’avant nous préparent.

Un concept, c’est un morceau de rêve. Au fil de l’histoire de l’automobile, certains prototypes sont devenus très célèbres alors que d’autres, la plupart en fait, ont sombré dans l’oubli. Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, la providence lui a été salutaire alors qu’il a réussi à traverser les années et s’est retrouvée aux mains de collectionneurs fortunés qui ont facilité sa préservation.

En 1954, Oldsmobile présentait deux véhicules concepts lors du GM Motorama, une exposition annuelle qui mettait en vedette les produits de la General Motors. Une année auparavant, une certaine Corvette était présentée par Chevrolet. Cela permet d’en mesurer l’importance et d’en apprendre un peu plus sur ce concept signé Oldsmobile.

La F-88, qui au départ portait le nom de projet XP-20, était assemblée sur un châssis de Chevrolet Corvette, ce qui explique la ressemblance au niveau du format. Côté design, on remarque là aussi une similarité des lignes. Est-ce qu’Oldsmobile jonglait avec l’idée d’introduire, elle aussi, son roadster ? Une image vaut mille mots, comme on dit. Le véhicule a été développé secrètement et conjointement avec la Corvette, en 1952 et 1953.

Sous le capot, il cache un V8 de 324 pouces d’Oldsmobile, un moteur aussi connu sous le nom de Rocket. Une boîte de vitesse automatique à quatre rapports lui avait été jumelée.

Ce qui est incroyable, c’est que ce modèle ait survécu. À l’époque, la politique chez GM était de procéder à la destruction des concepts lorsque les apparitions de ces derniers étaient terminées dans les salons. Or, les mœurs étant différentes à l’époque, certains modèles se retrouvaient aux mains d’amis et de proches, évitant du coup une fin atroce.

C’est ce qui est arrivé à cette F-88. Le Net regorge d’histoires, plusieurs non fondées, sur le sort réservé à cette voiture au fil des décennies. La vérité est moins élogieuse qu’on pourrait le croire ou l’espérer.

En fait, dès la fin de la saison des salons de 1954, cette Oldsmobile a été démantelée. Elle s’est ensuite retrouvée aux mains du célèbre E.L. Cord qui nous avait donné de magnifiques voitures dans les années 20 et 30. L’Oldsmobile s’est retrouvée chez lui, dans une boîte, prête à être assemblée de nouveau. Ce n’est pas ce qui s’est produit. Au cours des décennies qui ont suivi, elle a changé de mains à plusieurs reprises, parfois en échange d’un vulgaire 1000  $. Puis, elle a finalement été restaurée par un de ses propriétaires dans les années 90. Elle est apparue une première fois à l’encan de Barrett-Jackson à l’époque avant d’y apparaître une dernière fois en 2005.

C’est à ce moment qu’elle a été acquise par John S. Hendricks. Montant de la transaction  : trois millions de dollars américains. De la menue monnaie pour le fondateur de la chaîne câblée Discovery.

La voiture a ensuite pris la direction de son musée, le Gateway Automotive Museum, située au Colorado, dans la ville du même nom.

Lors de notre récent passage là-bas, nous avons eu l’occasion de nous retrouver devant cette Oldsmobile dont l’histoire est fascinante. À ce moment, nous ne pouvions qu’être en admiration devant cette incroyable pièce d’histoire.

Nous allons laisser notre galerie photo vous raconter la fin de l’histoire, mais avant d’y accéder, imaginez la suite des choses pour la compagnie Oldsmobile si cette voiture était passée au stade de la production.

Si seulement…