Ce dernier, nous avons eu la chance de le rencontrer à l’entrée même du célèbre rassemblement. En fait, c’est une tradition, les lèves tôt ont la chance de voir entrer sur le site toutes les voitures qui participent au concours. Il faut se lever tôt, mais l’expérience en vaut la peine. En vérité, elle est indescriptible.

Nous étions sur place à voir passer des bolides extraordinaires, certains valant plusieurs millions lorsque se pointe la Rambler Model H 1904 que vous pouvez voir. Son conducteur se range sur le côté pour expliquer aux responsables qu’il n’est pas certain que les freins de son bolide tiendront le coup lors de la descente qui mène au célèbre 18e trou du parcours de golf de Pebble Beach. C’est là que se rassemblent les voitures pour l’exposition.

On lui demande alors de patienter le temps qu’on libère la voie qui mène au parcours. On pourra alors le laisser descendre… et advienne que pourra. Alors que lui et son épouse attendent, Richard Anderson répond aux nombreuses questions qu’on lui pose. C’est là qu’on apprend l’histoire hallucinante du modèle qu’il possède depuis 2010.

Lorsque cette voiture est achetée, au début du siècle dernier, elle est mise sur la route par son premier propriétaire. Coût d’achat  : 850 $. Après quelques années d’utilisation, un bris se manifeste au niveau de la transmission en 1911. La voiture prend alors la direction de sa grange où elle va y demeurer pendant 49 ans.

En 1960, elle est achetée par un collectionneur qui la remise à son tour. En 2010, cinquante ans plus tard, elle passe aux mains de Richard Anderson. À ce moment, la voiture n’a pas démarré depuis 99 ans.

Incroyablement, le moteur d’un cylindre dont la taille est de 1,9 litre n’était pas saisi. Il a démarré après quelques efforts. La transmission a été réparée et les pneus d’origine changés. La Rambler était prête à prendre la route.

Et, incroyablement, Richard Anderson a été incapable de faire une chose ; la mettre à son nom. En effet, le type qui l’avait achetée en 1960 n’avait pas fait le transfert de titres. Ainsi, cette Rambler est toujours immatriculée au nom de celui qui l’a achetée en 1904. « Je suis incapable de faire le transfert ; on m’arrêtera s’il le faut, mais la voiture va demeurer au nom de celui qui l’a achetée », nous a confié ce dernier.

Heureusement, les balades sont rares pour cette dernière, car son nouveau maître possède une dizaine d’autres voitures appartenant à cette période. Cette fois, c’est la Rambler qui a fait son apparition à Pebble Beach dans une catégorie réservée à la préservation des modèles d’avant-guerre.

Trois propriétaires en 113 ans ; on ne voit jamais cela… sauf à Pebble Beach.

Est-ce que vous vous demandez peut-être combien a dû débourser Richard Anderson pour acquérir ce modèle en 2010 ?

Si oui, on ne peut répondre à votre interrogation, mais on peut vous dire que le modèle est aujourd’hui évalué aux environs de 100 000 $.

La rareté, ça n’a pas de prix.