Cela comprend tous les bus qui ont servi quantité de populations à travers le temps et partout sur la planète. En fait, pour ceux qui avaient souvent à les emprunter, ces modèles ont marqué leur vie, leur imaginaire. Pensez seulement au modèle de bus qu’a utilisé la ville de Montréal pendant des décennies, le même que l’on a pu voir dans le film Speed mettent en vedette Keanu Reeves et Sandra Bullock.

HeapMedia266699

Vous voyez où nous voulons en venir.

À ce titre, certains modèles ont davantage marqué les esprits que d’autres. Celui que l’on vous présente, avec ses deux niveaux, est clairement l’un d’eux. Quiconque a plus de 40 ans a déjà vu ces monstres sur la route et n’a pu faire autrement qu’être impressionnés par ces derniers. Un mot les définissait : prestance.

Au musée de Hershey, là où nous étions la semaine dernière, une section est réservée aux autobus qui ont marqué l’histoire du transport au siècle dernier. Au Concours d’élégance qui est tenu le samedi lors de la semaine d’activités entourant le rassemblement automobile de l’endroit, on retrouve toujours quelques autobus en exposition.

Cette année, un modèle en particulier a retenu notre attention, soit un modèle 1954 aux couleurs de la compagnie Greyhound. Plus précisément, on parle d’un GMC PD-4501 Scenicruiser.

Ce qui est impressionnant à son propos, ce n’est pas que son design unique, mais le fait qu’il ne s’agit pas d’un exemplaire qui a été préservé parce qu’on lui a évité les durs labeurs au fil des décennies. Au contraire, ce gladiateur d’une autre autre époque a accumulé quelque trois millions de milles avant de tirer sa révérence après une carrière bien remplie.

Encore plus impressionnant est le fait qu’une équipe a décidé de le restaurer il y a quelques années.

Un projet complètement fou. Qu’est-ce qu’on raconte ? Un projet complètement débile.

En fait, ce dernier a duré sept années et a exigé un déboursé de 1.2 million de dollars américains. En fait d’heures de travail, on parle de 25 000. Un travail de moine, un travail de passionnés.

Et la rentabilité là-dedans ? Bien difficile de l’établir. Pariez qu’un collectionneur serait prêt à payer la totale pour ce bus entièrement remis à neuf. Il y a aussi l’industrie du cinéma qui n’hésitera pas à faire appel à ce véhicule incroyable pour des tournages.

À long terme, la rentabilité de ce bus est probablement assurée. Ce qui est certain, c’est que c’est le patrimoine historique du transport par autobus qui en sort gagnant.

Juste ça, c’est une excellente nouvelle.