Je suis née en 1997. Mes parents, passionnés d’autos antiques, avaient déjà commencé à acheter des voitures de collection. Certaines n’avaient pas besoin de restauration, mais d’autres nécessitaient une restauration complète.

J’ai donc grandi entourée de vieilles voitures plus magnifiques les unes que les autres. Des moteurs… j’en ai vu de toutes les sortes. Ce qui fait de moi une passionnée invétérée du domaine automobile. Alors que je célébrais mes dix ans, je me souviens d’avoir clamé haut et fort: «Il me reste six ans avant de pouvoir conduire!»

Dans sa collection, Papa Michel compte sa première voiture: un Plymouth Cuda 1973 qu’il a complètement restauré – une loonnngue restauration qui s’est achevée peu après ma naissance. Voilà maintenant 38 ans qu’il en est propriétaire et, je dois l’avouer, il en est très fier.

Ce qui m’amène à l’achat de ma toute première voiture… ma belle Pontiac Sunfire 1996.

HeapMedia488425

Alors que l’heure de mes 16 ans approchait, je me suis inscrite à mes tout premiers cours de conduite; je flottais littéralement sur mon petit nuage.

Rapidement, mes parents et moi nous sommes mis à la recherche de MA première voiture. Tel père, telle fille, j’avais précisé à mes parents que ma première voiture se devait d’être spéciale puisque j’avais l’intention de faire comme Papa Michel et de la garder très longtemps.

C’est alors que ma mère est tombée sur la petite annonce d’un couple de Bromont qui souhaitait se départir de sa magnifique Pontiac Sunfire décapotable 1996, à la carrosserie verte et à l’intérieur en cuir blanc.

HeapMedia488431

Le jour de la visite, je… n’avais pas du tout envie d’accompagner mes parents. La raison en est très simple; on devait décoller de la maison aussi tôt que 7h du matin et je devais prendre place à l’arrière de la Porsche 944 de mon père.

Vous savez, cette toute petite banquette où la tête cogne au plafond à la moindre bosse sur le chemin? Près d’une heure et demie de route m’attendait…

Mais lorsque j’ai aperçu ce qui allait devenir ma première voiture, ce fut le coup de foudre.

Ce fut le coup de foudre pour la peinture éclatante, les commandes de la radio au volant, le cuir blanc synonyme de luxe, les courbes rondes des ailes arrière, le tableau de bord de couleur rouge lorsqu’il fait nuit, le petit aileron d’origine, le fameux «Pontiac» qui s’illumine le soir, et j’en passe.

HeapMedia488439

Nul doute, je voulais une voiture spéciale et je l’avais trouvée.

Un petit arrêt à la banque, j’en étais maintenant propriétaire et… je suis revenue à la maison au volant de ma superbe Pontiac Sunfire décapotable 1996.

Finis, les coups de tête au plafond, à tout jamais!

HeapMedia488438

J’avais 16 ans lorsque j’ai acheté ma super Sunfire – et je la roule toujours. Elle avait 165 000 kilomètres à son compteur, elle en a aujourd’hui 187 500. C’est peu, mais… c’est parce que je ne la roule pas l’hiver afin de la garder en bon état.

D’ailleurs, ma Pontiac n’a jamais roulé l’hiver, ce qui signifie qu’elle n’a aucune/aucune/aucune rouille! (L’hiver, pour rallier Montréal et l’Université de Sherbrooke, je fais l’aller-retour chaque semaine… en Plymouth Sundance 1994!)

Je fêterai bientôt mes 21 ans (NDLR: on est jaloux…) et, alors, je ne manquerai pas de trinquer aux magnifiques journées d’été que m’a offertes ma décapotable, les cheveux au vent. Mon petit teint bronzé, je la lui dois. Mon sourire fendu jusqu’aux oreilles lorsque je prends la route, je la lui dois aussi.

HeapMedia488428

L’été tire à sa fin et il ne me reste plus qu’un mois et demi à me promener à bord de mon super bolide avant de le remiser pour l’hiver. Alors assez discuté pour aujourd’hui, je vous quitte… faire une balade!