Et pourquoi parle-t-on avec autant d’enthousiasme d’une vulgaire Renault 5  ? Et bien parce que dans les faits, ce bolide n’a rien à avoir avec le modèle que l’on a connu ici.

Quoi, vous ne vous souvenez pas du Chameau? Voici une vidéo pour vous rappeler quelques souvenirs 100% québécois, merci à un très, très jeune Robert Charlebois…
.

Plutôt, la Renault R5 Turbo 2 Evolution est une voiture à moteur central et à propulsion qui a été construite afin qu’elle soit homologuée pour participer au World Rally Championship (WRC) dans les années 1980. Son poids minimaliste, son empattement court et son bloc quatre cylindres de 1,4 litre turbo en a fait une véritable machine de guerre.

Quant à sa légende, elle vient en partie du fait que même si elle a eu comme concurrente la fameuse Audi Sport quattro, elle a réussi à remporter quatre épreuves en 1981 et 1986 dans cette série de courses qui pourrait bien revenir au Canada en 2023.

Et c’est sans compter des triomphes dans quantité d’autres épreuves.

La Renault 5 était proposée en Amérique du Nord à cette époque, mais la version R5 Turbo 2 Evolution n’a jamais traversé l’Atlantique. Certaines éditions ont toutefois été importées au pays de l’Oncle Sam par la firme Sun International ; c’est l’une d’elles qui a fait surface sur le populaire site Bring a Trailer la semaine dernière.

Et dès le départ, l’engouement envers elle s’est manifesté. En un claquement de doigts, les mises ont atteint les 50 000 $ canadiens.

En octobre 2017, un exemplaire similaire affichant seulement 18 000 milles (29 000 km) au compteur s’est envolé pour la coquette somme de 95 000 $ américains. Le modèle que vous pouvez cette fois admirer n’a parcouru que 13 715 milles (22 072 km).

HeapMedia488337

Conséquemment, on s’attendait à voir la barrière des six chiffres être franchie. Et c’est exactement ce qui s’est produit avec une mise finale de 125 000 $ américains, remportée hier.

La version R5 Turbo 2 Evolution n’a été produite qu’à raison de 200 unités. Le modèle adjugé portait le numéro 49, certificat à l’appui.

Après son arrivée en Californie au début des années 1990, la Renault a ensuite été vendue à un collectionneur de Beverly Hills en 2002. C’est lui, «ThrttlMrchant, qui vient de s’en départir.

Nul doute, cette voiture va refaire surface un jour et fera une fois de plus… sauter la banque.