Certains d’entre vous ont déjà passé au travers, tandis que d’autres sont sur le point de sauter à pieds joints dans cette réunion annuelle entre collègues de travail qu’est le fameux « party de bureau ». Cette célébration qui marque le retour du temps des Fêtes est une occasion pour plusieurs de regarder en arrière et de se féliciter de tout le travail accompli pendant l’année qui achève, mais pour plusieurs également, il s’agit d’une bonne opportunité de festoyer, ce qui veut implique la plupart du temps un excès d’alcool… ou du moins quelques verres!

Eh oui, on ne s’en sort pas. L’alcool est, selon la SAAQ, encore l’une des deux principales causes d’accidents au Québec. La société d’État mentionne également que l’alcool cause en moyenne 190 décès, 410 blessés graves et 2070 blessés légers par année.

Même si, depuis une dizaine d’années, il y a une diminution des infractions liées à l’alcool au volant, ça n’empêche pas certains conducteurs de prendre le volant après une soirée bien arrosée. Et justement, le party de bureau fait partie de cette catégorie de soirée qui peut rapidement se transformer en cauchemar.

Le message est pourtant clair : si vous consommez de l’alcool, ne conduisez pas! Faites appel à Opération Nez Rouge, appelez un taxi, prenez l’autobus, appelez un proche, mais de grâce, ne prenez pas le volant! En plus de risquer votre vie, et surtout, celles des autres, c’est votre feuille de route de citoyen qui pourrait en prendre pour son rhume. Si vous êtes pris en défaut, c’est le dossier criminel assuré!

Est-ce que ça vaut réellement la peine de risquer tout ceci strictement pour avoir le luxe de stationner son propre véhicule dans l’entrée de garage ou non loin de votre appartement? Bien sûr que non. L’idéal est de se rendre aux festivités en taxi ou en transport en commun et de reprendre le chemin inverse avec les mêmes moyens de transport au retour. De cette manière, vous pouvez profiter au maximum de votre réunion de bureau sans le stress d’une conduite avec facultés affaiblies par la suite… et tout ce qui peut débouler par la suite.

Lors de votre prochain party de bureau, pensez-y donc deux fois plutôt qu’une avant de mélanger le volant et l’alcool.