Le titre de cette chronique s’appelle « Bijou à vendre ». Vous vous demandez sûrement pourquoi diable une Pontiac Grand Am 1988 se retrouve devant vos yeux? La raison est fort simple. En voyez-vous souvent de ces coupés (également disponibles en berlines) GM dans la rue? Il y a fort à parier que votre réponse est non.

La Pontiac Grand Am est rapidement devenue une favorite des consommateurs canadiens et c’est un peu à cause de cette première génération du modèle à traction avant, le nom Grand Am ayant déjà été utilisé au préalable. L’exemplaire que vous contemplez actuellement n’a rien de très excitant à proposer – après tout une version équipée du moteur 4-cylindres « Iron Duke » de 2,5-litres accouplée à une boîte automatique n’est pas exactement un modèle mythique –, mais en revanche, cette Pontiac sortie de l’usine d’assemblage en 1988 n’a que 80 000 km au compteur (!) et la condition présentée par les quelques clichés de l’annonce est absolument incroyable.

Le compartiment moteur est superbe, avec seulement quelques minuscules taches de rouille sur le dessus des boulons et la totalité des pièces toujours en place. Pas de modification bidon ici! L’habitacle de couleur bleu semble lui aussi dans un superbe état avec tous les tapis libres de calcium et le tableau de bord qui ne présente pas de fissure apparente. Même constat au niveau du coffre à l’état neuf ou presque.

Pour en savoir plus ou pour consulter l’annonce, cliquez ici.

Quant à la carrosserie, elle n’est assurément pas parfaite comme en 1988 à sa sortie du concessionnaire, mais pour une Pontiac Grand Am 1988, il s’agit d’une rareté… surtout au Québec. Selon l’annonce, la voiture aurait été remisée pendant 15 ans, ce qui explique le kilométrage limité et la condition de la caisse. Pour 2100$, ce vieux coupé des années 80 est sûrement capable de rouler pendant quelques années encore, à moins que son futur propriétaire ne décide de l’utiliser comme « minoune d’hiver ».