Après seulement quelques kilomètres passés au volant du Kia Soul 2014, dans ce cas-ci une livrée SX-L très bien équipée, je me suis à énumérer les arguments qui expliquaient son étonnant succès, et ce, depuis les débuts de sa commercialisation en sol nord-américain. D’ailleurs, fait étonnant, ce « petit » véhicule se vend comme des petits pains chauds chez nos voisins du Sud. D’habitude, les « petits » se vendent mieux chez nous, mais bon, il semble que le Soul plaît aux Américains.

Voici donc 5 facteurs qui expliquent cette réalité favorable au constructeur coréen.

Le Kia Soul est l’élément déclencheur de cette renaissance du constructeur coréen. Avant ce petit multisegment, aucun véhicule tatoué de l’écusson du constructeur ne ressortait du lot. Le Soul est venu tout chambouler. Le Kia Soul est en peu comme la Beetle chez Volkswagen. C’est un symbole à la seule différence qu’il se vend bien, lui! Et la nouvelle mouture est encore plus affirmée à l’extérieur, surtout avec les jantes de 18 pouces.

Le Soul n’a jamais été un marchand de vitesse et c’est toujours le cas en 2014 avec le 4-cylindres à injection directe de 2,0-litres d’une puissance de 164 chevaux, mais je dois l’avouer, cette petite bête urbaine offre assez de reprise et de nerf pour un minimum de plaisir au volant, et ce, malgré l’absence d’une boîte manuelle avec ce bloc plus puissant. D’ailleurs, pour une fois, je trouve que le mode manuel de la boîte automatique est loin d’être désagréable. Ça n’a rien à voir avec une unité à double embrayage, mais tout de même, un effort a été fait de ce côté.

Ce détail est devenu primordial de nos jours, que ce soit à bord d’une petite voiture ou un énorme camion de travail. Jusqu’ici, avec une conduite majoritairement en ville, la consommation tourne autour des 9 L/100 km. Notez que l’auteur de ces lignes n’a pas ménagé la mécanique. Il est donc très facile d’abaisser cette statistique à 8 L/100 km.

Si la première génération du modèle avait agréablement surpris par sa qualité générale d’assemblage, c’est encore mieux dans cette édition 2014. En fait, la première exécution était franchement surprenante pour un véhicule économique, mais là, c’est carrément supérieur avec des plastiques de meilleure facture et même une sellerie plus confortable.

Toutefois, la principale amélioration du Kia Soul par rapport au modèle sortant se trouve au niveau des suspensions. La plupart du temps, je recommandais aux acheteurs d’omettre les jantes surdimensionnées dans les versions antérieures, mais à partir de maintenant, je n’ai plus aucune objection sur le choix de celles-ci. La suspension est beaucoup moins sèche que par le passé, le châssis est plus rigide et la tenue de route n’a d’autre choix que d’être améliorée. Le Kia Soul était déjà un modèle différent, amusant à conduire et peu dispendieux. À partir de maintenant, vous pouvez ajouter le qualificatif « confortable » à la liste des qualités de ce dernier.