Volkswagen aura décidément pris les médias de la planète pour une bien grosse valise, mais bon: tout le monde s’est fait prendre au jeu. Et le 14 mars 2013, à l’instar de ses collègues internationaux, votre équipe d’Autofocus rapportait les belles promesses environnementales que le constructeur allemand lançait au salon de l’Auto de Genève 2013.

Les mots semblaient couler de source avec cette affirmation: Volkswagen disait vouloir devenir en 2018 le constructeur automobile le plus écologique au monde!

Oh, et que dire de cette explication:

Le Groupe Volkswagen consacre plus des deux tiers de ses investissements au développement de nouveaux moteurs plus écologiques et des systèmes périphériques qui consomment moins d’énergie. Une partie de ce budget est également allouée à la production et à la gestion des énergies plus respectueuses et conscientes de son impact environnemental.

Vous en voulez d’autres, beaux engagements du genre? Lisez notre reportage Rien n’est trop vert pour Volkswagen, publié jour pour jour il y a cinq ans…

Intéressante (re)lecture, lorsqu’on met en parallèle le fait que Volkswagen soit à l’origine du Dieselgate, probablement le plus gros scandale industriel de la décennie.