Retenez bien ce chiffre, parce que vous allez l’entendre pour des siècles et des siècles à venir (on exagère à peine): 2 038 798 véhicules.

Ce sont 2 038 798 véhicules neufs qui ont été vendus l’an dernier par les concessionnaires automobiles du Canada, dixit Desrosiers Automotive Consultants, la firme spécialisée dans le décompte de la chose automobile au nord du 45e parallèle.

Avoir vendu plus de deux millions de véhicules neufs en une seule année au Canada, c’est un record.

Mais… ce n’est pas si surprenant: depuis cinq ans, les ventes de véhicules neufs se surpassent année après année. En 2016, on avait été bien proche – par 51 101 exemplaires, pour être précise – de franchir le cap historique des 2 millions.

D’ailleurs, depuis une certaine crise financière de 2008-2009, les ventes automobiles ne cessent de croître chaque année. Quand même: pour 2017, l’augmentation aura été substantielle: 4,6% de plus que les ventes enregistrées en 2016.

HeapMedia479796

… Ford et GM, d’abord et avant tout.

Ford continue en effet de trôner au sommet des constructeurs ayant écoulé le plus de véhicules au Canada l’an dernier (avec 308 474 unités), une position qu’il occupe depuis neuf ans, exception faite de 2015 où Fiat Chrysler Automobiles lui avait ravi le titre.

Et justement: avec 302 826 de ses véhicules neufs ayant trouvé preneurs au pays en 2017, General Motors vient supplanter FCA. Ce dernier (et éternel) rival américain a vu ses ventes plonger de 3,7% au cours de la même période et doit donc se contenter d’une 3e position au palmarès des constructeurs d’importance au pays de la Feuille d’Érable.

Dennis DesRosiers, le grand manitou de la firme DesRosiers, fait justement remarquer qu’à part FCA, seuls deux autres constructeurs ont vu leurs ventes chuter en 2017 au Canada: de 6,1% pour Hyundai (!) et de… 80,4% pour smart. (Lisez ici ce qui explique cette presque disparition.)

HeapMedia479801

Autres grands gagnants? Un indice: la majorité des nouveaux concessionnaires érigés ces dernières années sont de cette facture.

La réponse? Les marques de luxe, évidemment. Prises dans leur ensemble, elles ont engrangé des augmentations de leurs ventes de 20%, permettant pour la première fois à Mercedes-Benz de vendre plus de 50 000 véhicules en une seule année au pays – et à Porsche de franchir le cap des 8 000 unités écoulées.

Mais surtout: l’an dernier, 1 398 975 utilitaires, fourgonnettes, camionnettes et fourgons ont été écoulés aux quatre coins du marché canadien, soit une solide augmentation de 8,7% (versus l’année précédente). Versus les voitures, les camions ont été choisis plus de deux fois sur trois (68,6% pour être exacte).

Il y a une petite décennie, rappelez-vous lorsque le prix de l’essence frôlait les 1,50$ le litre, ce type de véhicules ne représentait même pas la moitié des ventes de neufs au pays…

Mais depuis, même le Québec, terre nord-américaine de la voiture compacte s’il en est une, suit la tendance. Bien que les statistiques provinciales pour 2017 ne soient pas encore publiées, on sait déjà qu’en 2016, et pour la première fois dans son histoire, la Belle Province avait fait du Ford F-150 son véhicule le plus vendu.

En 2017, est-ce que le règne de la camionnette se poursuivra ou est-ce que la Reine Honda Civic reprendra ses droits? Suspense pour encore quelques semaines…

HeapMedia479800

Voilà qui sonne encore un peu plus le glas aux voitures: malgré le retour des presque limousines et l’arrivée de nouveaux designs chez les berlines (pensez aux coupés quatre portes qui se démocratisent), l’automobile dans sa forme traditionnelle est en sérieuse perte de vitesse (-3,4%), dans un marché pourtant haussier.

Même qu’en n’ayant trouvé que 639 823 acheteurs de neuf l’an dernier au Canada, les voitures ont atteint leur plus bas niveau de popularité depuis… 1964, recense la firme DesRosiers.