La division bavaroise est passée maître dans l’art de multiplier le nombre de modèles issus d’une seule plateforme. Au fil des ans, BMW a accouché d’un nombre impressionnant de variantes toutes différentes les unes des autres. On n’a qu’à penser au BMW X6, ce véhicule utilitaire moins utilitaire à cause de cette silhouette de coupé ou à la moins populaire Série 5 GT qui, grâce à son coffre unique, donnait aux quelques excentriques qui ont osé acquérir cette curieuse voiture, beaucoup d’espace de rangement. En fait, malgré de faibles ventes, BMW a décidé de donner à la Série 3 le même genre de traitement.

Pour 2018, BMW rapplique avec une Série 6 GT qui, du même coup, remplace la défunte Série 5 GT ou Gran Turismo si vous préférez l’expression au complet. Heureusement, dès le premier coup d’œil, la nouvelle venue se présente sous une silhouette beaucoup plus
dynamique que l’ancienne. Bref, on sent l’inspiration de la Série 3 GT ici.

Le constructeur promet d’ailleurs une expérience de conduite relevée avec cette deuxième génération du modèle (même si le nom change). En Amérique du Nord, seule l’édition 640i xDrive sera commercialisée, celle-ci étant propulsée par l’excellent moteur 6-en-ligne biturbo de 335 chevaux-vapeur déjà implanté à travers la gamme de la marque. La boîte de vitesses automatique à 8 rapports est livrée d’office, tout comme le rouage intégral de plus en plus populaire de ce côté-ci de l’Atlantique.

L’élément différentiel de la Série 6 GT se trouve évidemment à l’arrière, le hayon permettant le rangement d’objets plus encombrants. En bonne routière de luxe, la Série 6 GT fait confiance à un hayon électrique qui peut s’ouvrir à l’aide d’une motion des pieds lorsque le propriétaire a les mains pleines d’emplettes tout juste achetées.

Par rapport à la Série 6 actuellement en vente, la version Gran Turismo est beaucoup plus logeable pour les passagers des places arrière, le pavillon de toit étant surélevé. Étant donnée sa position dans l’alignement du constructeur, la BMW 640i xDrive Gran Turismo 2018 – oui, c’est son nom complet – le nombre de dispositifs de sécurité et d’options est impressionnant, un commentaire qui devrait normalement s’appliquer au raffinement de la voiture.

En Europe, la nouvelle familiale du groupe aura deux autres motorisations, mais pour l’instant, il y a fort à parier que le 6-en-ligne restera le seul choix pour les consommateurs du continent américain.

Fera-t-elle mieux que la Série 5 GT? Seul le temps pourra nous le dire.