C’est en association avec le constructeur Great Wall Motor que BMW entend construire ses MINI électriques en Chine. Restera entre les deux partenaires à définir un site en sol chinois pour combler la demande de ce côté du globe.

BMW fait ainsi coup double. Le groupe allemand pourra alimenter dans ce pays son plus grand marché et réduire ses coûts de production. CNN rapporte que BMW y a vendu quelque 600 000 voitures, plus que les marchés américain et allemand réunis!

Et comme on sait, le marché chinois connaît également une forte croissance pour les véhicules électriques. D’ailleurs, dans son communiqué, BMW avoue «que la production doit suivre le marché… Un signal clair de l’engagement de BMW dans l’électrification de la marque MINI».

Par cette annonce, le groupe allemand modifie radicalement ses objectifs de production pour sa MINI électrique; au lieu d’une production à faible échelle dans une usine en Grande-Bretagne vers 2019, celle-ci se déplace en Asie. Il s’agira de la toute première fois de l’histoire de la marque britannique qu’une MINI sera assemblée à l’extérieur de l’Europe.

HeapMedia482333

Mais tout cela demeure encore incertain, car, selon les sources du Financial Times, deux types de MINI électriques pourraient être assemblés, l’une en Grande-Bretagne, l’autre en Asie, sans toutefois spécifier les différences entre les deux.

Selon les spécialistes consultés par CNN, c’est une mauvaise nouvelle pour l’emploi dans l’industrie automobile en Grande-Bretagne, tout cela dans un contexte de sortie (Brexit) du pays de son plus grand marché, celui du marché commun européen et de ses 512 millions d’individus.

L’investissement de l’industrie automobile en Grande-Bretagne a chuté de 34% l’an dernier à cause de l’incertitude économique entourant les négociations de sortie de l’Union européenne.

Selon d’autres spéculations, vers 2022, BMW devra choisir où construire la prochaine génération de la MINI, toutes versions confondues. Celle-ci pourrait fort bien déménager ailleurs qu’en Grande-Bretagne pour desservir les quelque 110 marchés du réputé petit modèle anglais et ce, malgré l’engagement de BMW à construire ses véhicules sur l’île à Oxford.