Choupette, l’héroïne à quatre roues du film de Walt Disney Productions Un amour de Coccinelle, est la Coccinelle la plus chère au monde. Un collectionneur resté anonyme a déboursé 128 700 $ US pour s’offrir la Volkswagen Beetle 1963 portant le numéro d’inventaire 5916 de Disney lors de la vente aux enchères annuelle de Barrett-Jackson à Palm Beach en Floride, il y a quelques jours.

C’est la deuxième fois que cette voiture établit un record de la sorte. En 2015, lors du même événement, cette Choupette avait été vendue pour la somme record de 126 500 $ US.

Également connue sous le nom d’Herbie dans The Love Bug, la version originale anglaise de ce film, cette petite voiture blanche à toit ouvrant faisait partie de la collection de John Staluppi. Elle était offerte sans réserve.

Dotée d’un 4-cylindres à plat de 1 835 cc et d’une boîte de vitesses manuelle à 4 rapports, elle était une des nombreuses Choupette qui ont servi au tournage de cinq films produits par Walt Disney pour les cinémas, entre 1968 et 2005, mais aussi pour une série destinée à la télévision diffusée par CBS, en 1982, de même qu’un sixième film réalisé, celui-là, spécifiquement pour la télé, en 1997.

On estime que 50 à 100 Choupettes auraient été préparées pour les différents tournages, chacune ayant un rôle particulier. Bon nombre d’entre elles ont servi d’accessoire et n’avaient même pas de moteur, sans compter celles qui ont terminé leur existence lors d’une des nombreuses cascades.

La Choupette vendue à Palm Beach ce mois-ci, par contre, fait partie des six voitures qui étaient fonctionnelles. Elle a servi au tournage de scènes d’action et de scènes de gros plans pour les quatre premiers films réalisés pour le cinéma : Un amour de Coccinelle sorti en 1968, puis Un nouvel amour de Coccinelle (Herbie Rides Again) en 1974, La Coccinelle à Monte-Carlo (Herbie goes to Monte Carlo) en 1977 et, enfin, La Coccinelle à Mexico (Herbie Goes Bananas) en 1980.

HeapMedia484389

Si dans les annales de Disney cette voiture était désignée par le numéro 5916, sur les plateaux on la surnommait plutôt la « pisseuse d’huile ». En effet, dans le film La Coccinelle à Monte-Carlo elle projette un jet d’huile moteur sur le pied d’un policier.

La « carrière » cinématographique de cette voiture prend fin le 9 août 1980 lorsque Disney s’en débarrasse. Elle devient alors la propriété de Bob Hoag, un fanatique de cette série de films.

La petite Coccinelle se retrouve ensuite entre les mains d’un pilote de courses de « Vintage », Arthur Porter, qui l’utilise sans réserve.

Puis, en 2000, elle entre au musée, d’abord le Hollywood Rock & Country Museum, puis, quelques années plus tard, le Burkett’s Hollywood Museum où elle demeure jusqu’à sa fermeture.
.

Le Texan Doug Kaufmann, autre collectionneur invétéré d’objets reliés à cette série de films, la découvre alors en piètre état. Il la récupère et lui rend l’allure qu’elle avait dans son troisième film (Monte-Carlo) grâce au travail de Dan Miller de Red Barn Restorations, un spécialiste des Volkswagen anciennes établi à Youngstown, en Ohio.

Miller a poussé le détail jusqu’à installer un nouveau réservoir d’huile destiné à arroser les pieds de quiconque se trouvera à proximité de cette Choupette !

Enfin, en 2015, Kaufmann la vend au Floridien John Stallupi qui l’ajoute à sa collection privée appelée Cars of Dreams logée dans un impressionnant musée de North Palm Beach, qu’on ne peut visiter que sur invitation…