On commence à peine à voir des Volkswagen Atlas sur les routes. Pourtant, ceux qui en ont fait l’acquisition doivent le ramener chez le concessionnaire afin que celui-ci procède au changement du réservoir à essence. Un problème au niveau de la production s’est traduit par la confection de réservoirs dotés de surfaces très minces qui finissent par laisser fuir du carburant.

Avant de lancer la pierre à Volkswagen, il importe de préciser que le défaut de conception est attribuable au fournisseur de la pièce, non à la firme allemande. Une alimentation insuffisante en matériau lors de la fabrication des réservoirs expliquerait la présence des régions affaiblies sur ce dernier.

C’est grâce à la vigilance d’une concession que le problème a été détecté. Il a aussitôt été réglé en amont, mais des douzaines d’unités défectueuses ont eu le temps d’être installées sur les nouveaux modèles. Ceux qui présentent cette imperfection verront la pièce défaillante être remplacée par le concessionnaire.

HeapMedia409328

Ce rappel de l’Atlas ne tombe vraiment pas à point pour Volkswagen qui tente par tous les moyens de rebâtir son image. Bien que la compagnie ne soit pas fautive, elle demeure responsable. En novembre, 5154 exemplaires ont été vendus aux États-Unis comparativement à 24 110 Ford Explorer, 19 077 Toyota Highlander et 18 614 Jeep Grand Cherokee, les trois meneurs dans la catégorie où œuvre l’Atlas.

De plus, l’incident ajoute à la perception que l’on se fait souvent d’un produit qui en est à sa première année sur le marché, soit qu’il est mieux d’attendre le millésime suivant avant de considérer en faire l’acquisition.

L’Atlas devrait remporter du succès auprès de la clientèle visée, mais il devra rester loin de l’atelier.