Bien entendu, il n’y a pas de recettes miracles pour éviter les nids-de-poule, mais espérons que ces quelques trucs vous permettront d’éluder des bris d’éléments de suspension, de jantes ou de pneus en échange d’une toute petite modification à votre conduite:

Nous effectuons chaque année des concours «pires routes», comme cet échantillon réalisé par CAA-Québec. D’ailleurs, la prochaine campagne de la branche québécoise de l’association canadienne des automobilistes devrait être lancée au cours du mois.

Bref, nous pourrions noircir de longues pages sur l’état de médiocrité de nos artères, d’autant que la semaine dernière, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a publié ses notes de qualité (devrions-nous plutôt dire de décrépitude?) pour les routes sous sa juridiction.

Plus de la moitié de nos voies sont classées D (23% en mauvais état) et E (27% en très mauvais état). Pas étonnant quand on revient de l’étranger, parfois de pays au PIB inférieur au nôtre, d’avoir l’impression de rouler ici comme dans un pays pauvre… Bon an mal an, le ministère dépense des fortunes en resurfaçage, mais il n’arrive jamais à prendre le dessus dans un contexte de rattrapage budgétaire.

HeapMedia483968

Mais revenons-en à notre astuce de conduite, pour vous faire remarquer que le passage répété des véhicules crée des ornières dans le bitume. Seconde remarque: la majorité des nids-de-poule, des «gales» et autres crevasses se retrouvent justement dans le creux de ces ornières.

Donc, le fait de ne pas y rouler et de plutôt diriger ses pneumatiques un peu plus à gauche ou à droite, sur la partie haute de ces ornières, procure plusieurs avantages.

  • Risques d’aquaplanage… aplanis: ces ornières qui recueillent l’eau de pluie l’empêchent de s’évacuer sur les côtés. Et qui dit aquaplanage dit freins trempés et distances de freinage dangereusement plus longues. En plus de représenter un danger, cette accumulation d’eau fait augmenter la résistance de roulement et votre consommation de carburant.
  • Roulement moins bruyant: faites le test, rouler dans les ornières, notez le niveau sonore des pneus, puis décalez-vous plus à gauche ou plus à droite de 20 cm environ et vous vous apercevrez que le bruit diminue un peu sur cette partie moins usée de la route.
  • Moins de slaloms: les nids-de-poule étant le plus souvent dans le creux des ornières, en roulant 20 cm plus à gauche ou à droite dans la voie, vous évitez le slalom des nids-de-poule, lesquels sont assez souvent bien alignés dans la chaussée.

Pour compléter, voici les recommandations de Jesse Caron, l’expert automobile attitré chez CAA-Québec, qui nous rappelle ce qu’il faut faire et ne pas faire à l’approche de nids-de-poule:

Revers à tout cela, cette stratégie vous demande évidemment de modifier votre conduite avec, au début, un peu plus d’attention au volant. En effet, il faut un moment pour s’habituer à cette nouvelle trajectoire, tout en prenant soin de demeurer dans sa voie, question d’être en règle avec le Code de sécurité routière.

Selon l’état de la chaussée et, surtout en fonction de votre sécurité, à vous de choisir cette trajectoire collée près de la ligne centrale ou de celle en bordure.

Avec l’habitude, cette conduite plus à gauche/plus à droite deviendra rapidement un réflexe naturel. Remis dans un contexte global, celle-ci représente plus une consolation qu’une solution.

Moins de bris d’éléments de suspension, de jantes ou de pneus, meilleur roulement malgré le piètre état de la chaussée, sécurité accrue en cas de pluie…

… il ne vous restera plus qu’à gérer les quelques nids-de-poule hors trajectoire, d’ici à ce que nos impôts et autres taxes liés aux carburants et aux véhicules servent à refaire la chaussée et à combler les 7,9 milliards $ du déficit de maintien des actifs routiers – selon les estimations du MTQ.