Le High Museum of Art d’Atlanta élève l’auto un rang d’objet d’art avec l’exposition Dream Cars: Innovative Design, Visionary Ideas, qui réunit 17 voitures de rêve d’hier et d’aujourd’hui dont le design expérimental annonçait des tendances en devenir.

« Les voitures-concepts réunies pour Dream Cars démontrent comment le design peut transcender le présent pour introduire des concepts du futur », explique Sarah Schleuning, la responsable de l’exposition, des arts décoratifs et du design au Musée.

« Bien qu’elles ne soient pas toutes destinées à une production de masse, ces voitures-concepts influencent l’industrie automobile en remettant en question les possibilités d’ordre technique et esthétique », ajoute Mme Schleuning.

L’exposition réunit un éventail impressionnant de voitures de rêve : des modèles produits en série très limitée et des prototypes réalisés pour tester de nouveaux concepts et susciter l’étonnement des visiteurs des grandes expositions d’automobiles.

La collection constituée par le Musée réunit plusieurs pièces exclusives : la Modulo de Pininfarina, l’étude de style d’une voiture sport futuriste construite sur la base d’une Ferrari 512 S et dévoilée à Genève en 1970; l’Oeuf électrique construit en 1942 par le Français Paul Arzens pour son usage personnel à Paris, sous l’Occupation allemande; la Scarab de William Stout (1936) qui, aux yeux des experts du Musée, préfigure la fourgonnette contemporaine; la Lancia Stratos HF Zero réalisée par Bertone en 1970, dont la carrosserie ultrabasse ne mesure que 84 cm de hauteur; la BMW GINA (acronyme de Geometry and functions In «N» Adaptions) présentée par Chris Bangle en 2001, et qui n’a pas de carrosserie classique, mais plutôt une sorte de peau flexible faite d’une toile textile tendue sur une structure métallique articulée.

L’exposition Dream Cars réunira également quatre réalisations célèbres de Harley Earl, qui a longtemps dirigé le département de design de General Motors (la Firebird 1 XP-21 1954, la Cadillac Cyclone XP-74 1959, de même que les Buick Centurion 1956 et Le Sabre 1951).

Parmi les autres voitures réunies pour l’occasion, mentionnons une Bugatti type 57S Aérolithe 1935 (reconstruite en 2007), une Chrysler Thunderbolt 1941, le Model 40 Special Speedster 1934 d’Edsel Ford, la voiture-concept Porsche 918 Spyder 2010, la Tasco 1948, une Voisin C-25 Aérodyne 1934 et la Chrysler-Ghia Streamline X Gilda 1955.

Quelques peintures réalisées par de grands designers comme Wayne Cherry, Carl Renner et Syd Mead font également partie de l’exposition.

Cette manifestation artistique peu commune sera présentée du 21 mai au 7 septembre 2014. Elle constitue la suite logique de l’exposition The Allure of the Automobile présentée en 2010, pour laquelle le High (comme on l’appelle à Atlanta) avait réuni 18 voitures d’exception pour faire un rapprochement entre l’esthétique de l’automobile et certains courants artistiques comme l’Art moderne et le Modernisme d’après-guerre. Une exposition qui avait attiré 146 841 visiteurs.

Fait à noter, ces deux expositions présentées à Atlanta n’ont pas soulevé l’ire des artistes de la métropole de la Géorgie, comme cela avait été le cas à Montréal, en 1995, lorsque le Musée des beaux-arts (MBA) avait présenté l’exposition Beauté mobile. Une question d’ouverture d’esprit ? Qu’à cela ne tienne, car l’événement du MBA avait tout de même accueilli 184 500 visiteurs…